Découvrez notre région - l'Occitanie 
 Son Patrimoine - Sa Culture - Son Art

   Son dynamisme
    Son Authentisité
    Ses paysages grandioses
    Ses 13 départements

La commune de Rivesaltes

Rivesaltes est une commune de l'aire urbaine de PERPIGNAN située dans son unité urbaine au Nord de Perpignan sur l'Agly

Rivesaltes se situe à quelques kilomètres de l'A9 mais elle bénéficie aussi de plusieurs voies rapides, l'une allant vers l'Aéroport de Perpignan-Rivesaltes, l'autre allant vers Perpignan . c'est le départ de la route du Fenouillèdes, la RN117 déclassée en RD117. La ville est desservie par la Gare de Rivesaltes, escale du TER Occitanie. C'est aussi le départ du train du Pays Cathare et du Fenouillèdes.

La ville a donné son NOM à deux VINS doux naturels d'appellation contrôlée : le Rivesaltes et le Muscat de Rivesaltes

SON HISTOIRE

Il est difficile de déterminer en quelle année remonte la fondation de Rivesaltes.


Rivesaltes vient du latin Ripis Altis : « rives hautes ».


Tout porte à croire qu’elle existait au moment de l’invasion des Sarrazins en 729.


Son nom est cité en 923 et montre l’existence de deux églises Saint-André et Sainte-Marie. Ces deux églises sont données en héritage par un certain 


Landric à l’abbaye de Lagrasse dans l’Aude.


Rivesaltes appartiendra à Lagrasse jusqu’à la Révolution et n’aura donc ni seigneur ni château. La population jouit très tôt des libertés communales en élisant 35 conseillers et un batlle (le Maire), chargé de les représenter.


En 1172, Rivesaltes obtient de la part d’Alphonse II, roi d’Aragon, l’autorisation de se fortifier.


Sa position sur la route de Perpignan lui vaut de subir le passage et l’occupation des troupes de Louis XI (1463) et de Louis XIII (1639).


La ville fut mise à sac en 1793 par l’armée espagnole.


L’accroissement de la population rendit nécessaire la construction d’une nouvelle église, l’édifice roman fut remplacé par l’église actuelle (1657-1669).


En 1860, Rivesaltes entre dans une époque moderne avec l’arrivée du train. Il ouvre la porte au transport de personnes et de marchandises. Jusqu’à 150 personnes travaillaient au  transbordage du vin et à l’entretien de la gare.


De ce lieu jusqu’au centre ville, s’établirent tous les métiers de la viticulture.

Eglise Paroissiale de Saint André de RIVESALTES

Dans le coeur de la vieille ville de Rivesaltes, l'église Saint-André lève fièrement son clocher. 

Cette église fut construite entre 1657 et 1669, sur l'emplacement de l'ancienne église romane Sainte-Marie, déjà citée en 923, et  en remplacement de l'ancienne église paroissiale Saint-André située hors les remparts élevés en 1172. 

De style gothique, elle a une nef unique, composé de cinq travées, terminée par un chevet plat. Elle a un bel appareil en galets de rivière. Son abside polygonale est d'ailleurs classé aux Monuments historiques. Le vaisseau couvert en croisée d'ogives est bordé de cinq chapelles latérales et d'une sacristie au Sud. La porte en arc brisé, appareillée elle aussi en marbre local, porte la date de 1672. 

Le clocher ne vint qu'en 1709, fut partiellement détruit en 1744 et reçut ses quatre tourelles d'angle en 1827. Il est appareillé de briques et d’un chaînage d’angle en pierre blanche, alors que l'église est en bel appareil de pierres de rivières. 

L'église possède plusieurs retables classés aux MH : retable du maître-autel, réalisé en 1654 par Lazare Trémullas et Giral,Retable de saint Dominique dit du miracle de Soriano -limite XVIe siècle XVIIe siècle-classé le 22 mars 1977,ainsi que des tableaux, boiseries et statues et un orgue de 1824. 

MUSEE du Maréchal JOFFRE

Maison de Joseph Jacques Césaire JOFFRE

Maréchal de France, natif de Rivesaltes.

Joseph J, C, JOFFRE – Maréchal de France.

Né le 12 janvier 1852 à RIVESALTES (Pyrénées-Orientales).

Mort le 3 janvier 1931, repose à LOUVECIENNES (près de Paris).

Polytechnicien, il choisit l’ARME du GÉNIE.

Il se distingue particulièrement au cours de sa carrière coloniale, en Extrême Orient, à Formose, au Tonkin, en Afrique,

à Tombouctou qu’il conquiert et à Madagascar.

Généralissime de l’Armée Française au  déclenchement de la Grande Guerre, il remporte, à l’issue d’une manœuvre en retraite ordonnée, la fameuse VICTOIRE DE LA MARNE qui sauve PARIS et la FRANCE (6-11 septembre 1914).

Élevé à la dignité de Maréchal de France (décembre 1916), il contribue largement à l’issue victorieuse pour la France et les Alliés de la Grande Guerre de 1914-1918. En décembre 1918

 il devient membre de l’Académie Française.


Un Lieu


Réalisé dans la maison natale du Maréchal JOFFRE dont l’aspect rustique d’époque a été préservé, le Musée rassemble dans une prestation des plus captivantes, documents, statues, objets souvenirs qui provoquent chez le visiteur des sentiments à la fois de curiosité et d’émotion patriotique.


Mémorial du Camp de Rivesaltes