Découvrez notre région - l'Occitanie 
 Son Patrimoine - Sa Culture - Son Art

   Son dynamisme
    Son Authentisité
    Ses paysages grandioses
    Ses 13 départements

Fantômes Montalbanais
Illustres et Méconnus (1144 - 1944)
Source brochure du Centre du Patrimoine de Montauban

Commerce et Industrie

Fondée en 1144 au croisement du Rouergue, du Quercy et de l'Aquitaine, Montauban a su tirer profit de la présence du Tarn pour développer une économie prospère qui l'a rapidement propulsée parmi les plus grandes villes du Sud Ouest. Importante Cité marchande au Moyen Age, abritant de grandes foires et des marchés florissants, Montauban a longtemps établi sa richesse sur le commerce du Vin puis de l'Industrie Textile et Minotière. L'économie locale entame un lent déclin lors de la Révolution Française., qui supprime certains de ses débouchés naturels. Le maintien de l'activité Agricole et l'Industrie Agro Alimentaire, relayé par la croissance du secteur tertiaire, permettra à Montauban de reprendre son développement au sortir de la Seconde Guerre Mondiale.

Barthélemy BONIS - Marchand de Montauban (début XIVème - après 1369)

Figure emblématique du Marchand Montalbanais, les projecteurs de l'Histoire se sont braqués sur lui grâce à ses fameux livres de comptes, véritable mine d'or pour les historiens médiévistes. 

Barthélemy BONIS appartient à une vieille famille de Montauban. Son cadet Gérauld est tout à la fois apothicaire et confiseur, tandis que son frère Guillaume est lui frère carme et deviendra par la suite Prieur du couvent d'Albi.

Le magasin de Barthélemy était probablement situé rue de la République. Il a su fidéliser une riche clientèle, principalement composée de religieux Montalbanais mais aussi de Bourgeois et de Nobles. Commerçant prospère, Bonis était également un important propriétaire foncier, devenant le principal trésorier des Consuls de la ville.

Bonis fut loin d'être le seul grand Négociant de Montauban, mais c'est celui dont le nom a traversé les époques et qui caractérise aujourd'hui encore la prospérité du Négoce Montalbanais du XIVème siècle.

Louis RABIER - Imprimeur du Roi de Navarre (XVIe - XVIe)

Initiée à Montauban dès 1518 par l'intermédiaire d'Imprimeurs Nomades, l'Imprimerie Locale prend son essor en 1578, avec l'arrivée de Louis RABIER. 

Nommé Imprimeur Municipal avec le soutien d'Henry IV, sa venue s'inscrit dans un contexte religieux très marqué. En opposition à Toulouse la Catholique, siège de nombreux Imprimeurs, Montauban affirme son rôle de capitale Protestante, tandis qu'un Collège Protestant vient d'être créé. La Cité devient rapidement une place importante pour l'Imprimerie régionale, diffusant bibles et ouvrages de controverse religieuse.

Auréolé en 1581 du titre d'Imprimeur du Roi de Navarre, Louis RABIER est rémunéré et logé aux frais de la ville, dans une dépendance de l'Hôpital Saint Jacques, entre la rue des Carmes et l'actuelle place du Coq. En 1583, il quitte Montauban pour s'établir à Orthez, abandonnant une partie de son matériel, repris en 1589, par Denis HAULTIN, héritier d'une grande famille d'Imprimeurs de La Rochelle. 

Après la reddition de la ville et l'application de la contre-réforme Catholique, l'activité se maintient. Parmi les nombreux Imprimeurs qui se succèdent se distingue la famille FORESTIE, qui depuis 1835 transmet d'une génération à l'autre un savoir faire précieux et une solide érudition.

Daniel MARIETTE - Entrepreneur avisé (? - Montauban 1774)

Il appartient à une grande famille d'Entrepreneurs Montalbanais, dont les activités révèlent les produits phares de l'Economie Montalbanaise du XVIIIème siècle : le tissage de draps de laine et de pièces de soie, mais aussi la production du minot (fine farine conditionnée en barils pour supporter les voyages en mer).

En 1764, Daniel MARIETTE obtient du Conseil d'Etat l'autorisation de fonder un Moulin face à celui des Albarèdes. Sinistré par l'inondation de 1766 puis remis en état, cet établissement aujourd'hui connu sous le nom du Moulin de La PALISSE, comptera jusqu'à 17 paires de meules. 

L'inventaire après décès des biens de Daniel MARIETTE, dressé en 1774, révèle une partie de l'étendue de sa richesse : un hôtel Particulier Quai de Villebourbon avec magasin en rez-de-chaussée, un coffre en fer de Hambourg, un globe et une sphère montée sur pied, un grand nombre d'armes, de l'argenterie, des fourrures, deux tables de jeu, une chaise à porteurs ...

Bernard LACOSTE-RIGAIL - Négociant en Draps (Montauban 1774 - Montauban 1852)

Fils ainé d'une famille marchande établie dans le quartier de Villebourbon, ce riche négociant est l'un des principaux hommes d'affaires Montalbanais en cette fin du XVIIIème siècle, jouissant d'une fortune solide comme l'attestent les registres du "vingtième"

Il s'est  spécialisé dans la fabrication du fameux CADIS, tissus de laine à la fois solide, épais et souple. Vendu dans tout le Sud Ouest de la France et même exporté outre-Atlantique, le cadis fait la renommée de la ville. Il faut dire que les usages ne manquaient pas pour cette étoffe, habillant aussi bien les religieux que les soldats mais aussi les gens de la Mer, séduits par sa résistance à l'eau et au sel.

L'analyse de la correspondance commerciale de Bernard LACOSTE-RIGAIL révèle l'ampleur des relations d'affaires qu'il su établir avec les Négociants Bordelais, le port Atlantique jouant un rôle charnière pour l'exportation de draps vers le Canada.

Emile POULT - un Industriel au tournant du siècle (Rodez 1862 - Montauban 1950)

Fondateur de la célèbre biscuiterie qui porte aujourd'hui encore son nom, Emile POULT incarne le maintien difficile de l'activité industrielle dans une ville qui, entre deux guerres, commence seulement à sortir d'une longue période de sommeil.

Né à Rodez en 1862, POULT est pâtissier de formation. Arrivé à Montauban en 1883, il quitte peu après l'artisanat pour se spécialiser dans la fabrication industrielle de biscuits boudoirs et ouvre une première fabrique en contrebas du Pont des Consuls. Rapidement, les locaux se révèlent trop petits et l'Entrepreneur décide de transférer son activité à Villebourbon. Les inondations du mois de Mars 1930 sont terribles : située sur les terres basses de la ville, l'usine souffre de la montée des eaux ; surtout il pleure la disparition de son fils Adolphe, noyé alors qu'il s'employait à sauver des sinistrés.

Le succès des biscuits POULT ne s'est depuis jamais démenti, la modeste entreprise familiale démenti, devenant un groupe employant aujourd'hui près de 750 personnes, principalement à Montauban, à Toulouse et en Bretagne.

La Pâtisserie POULT de Montauban - Crédit Photo Groupe Facebook les Amis du Vieux Montauban - Grégory PAMADOU

La Ville Métamorphosée 

Ville neuve dotée de nombreux privilèges, Montauban a connu une croissance très rapide. Dès la seconde moitié du XIIème siècle, l'espace intra-muros vient à manquer et des FAUBOURGS apparaissent au pied des remparts. Place forte importante durant les guerres de RELIGION, la Cité Protestante entame une véritable métamorphose aux XVIIème et XVIIIème siècles, sous l'impulsion des Intendants et Evêques successifs, mais aussi riches NEGOCIANTS et INDUSTRIELS qui se font bâtir de beaux Hôtels Particuliers. Au XIXème siècle, les Maires entreprennent à leur tour de moderniser la Cité, créant de nouvelles voies, des squares, places et équipements publics. La dramatique inondation de Mars 1930, qui détruit des centaines d'immeubles à Sapiac et Villebourbon, sonne la reprise des grands travaux et l'extension de la ville à l'Est, sur des terres non inondables.

Gaspard-François LEGENDRE de LORMOY

Un Intendant énergique sous l'ancien régime - (Paris, 1668 - Paris 1740)

Intendant de la Généralité de Montauban promu à l'âge de 31 ans, cet administrateur au caractère ambitieux et volontaire a mené une vaste politique d'urbanisme à Montauban.

L'Intendant LEGENDRE, ouvre de nombreux chantiers, qu'il n'hésite pas à financer partiellement au besoin. 

Montauban lui doit ainsi l'aménagement de la Promenade des Carmes, la reconstruction des trois portes de la ville, l'achèvement de la Place des Couverts et l'aménagement des quais de Villebourbon. Il œuvre aussi pour l'établissement d'une bourse des Marchands et d'un bureau de Charité chargé d'assurer l'approvisionnement des populations civiles en cas de famine.

A Montauban, sa carrière s'achève en 1713, après que ses penchants pour le libertinage et l'autoritarisme l'ont fait tomber en disgrâce. Mais l'image qu'il laisse à la postérité, est celle d'un Intendant Bienfaiteur en phase avec les préoccupations d'embellissement des villes qui ont cours au XVIIIème siècle.

Joseph VIALETES de MORTARIEU - l'Homme de la Reconquête - (Montauban 1768 - Montauban 1849)

Le nom de ce fervent Partisan de Napoléon, reste associé au prestige retrouvé de Montauban, "rétablie dans ses droits" en 1808 lors de la création du Tarn et Garonne.

Issu d'une famille Bourgeoise Montalbanaise et neveu de l'Industriel Vialètes d'AIGNAN, le jeune Joseph s'affirme tout d'abord comme un adversaire résolu de la Révolution. Impliqué dans le massacre des Patriotes à l'Hôtel de ville le 10 mai 1790, il part pour Paris en 1792, et y reste jusqu'en 1794, le temps de faire oublier le rôle qu'il joua dans cet épisode malheureux.

Maire de Montauban de 1806 jusqu'à la fin de l'Empire, il organise la venue de Napoléon à Montauban en 1808, qui consacre la création du Département du Tarn et Garonne. Ravalée au simple rang de Chef Lieu de district du Lot sous la Révolution, la ville est alors élevée au rang de Préfecture, tandis que Joseph Vialètes de MORTARIEU, est promu Baron d'Empire.

Adrien PRAX PARIS - Le Hausmann Montalbanais - (Montauban 1829 - Caussade 1909)

Maire Bonapartiste de 1860 à 1870, c'est incontestablement l'homme de la Révolution urbaine de Montauban.

Sa carrière politique d'une longévité exceptionnelle (45 ans de vie publique) lui a permis d'accompagner la mue de la ville, dans un contexte économique favorable.

Dans le sillage de l'action menée par Napoléon III à Paris, il entreprend de vastes travaux visant à assainir et moderniser la ville : l'amélioration du système d'adduction d'eau, la couverture du ruisseau LAGUARRIGUE la construction des Abattoirs de GASSERAS et de la HALLE AUX GRAINS mais aussi l'aménagement du JARDIN DES PLANTES font écho aux théories hygiénistes du XIXème siècle. Archétype du Notable alors porté au pouvoir, Adrien PRAX PARIS incarne à ses débuts la force montante du Bonapartisme, plébiscité de longues années dans le Département. Il finit pourtant en vétéran malheureux, sa défaite controversée aux élections Législatives de 1902 face au Républicain Charles CAPERAN signant la disparition de ce courant politique en Tarn et Garonne.

Léopold GARDELLE - Un Architecte très en vue - (Montauban 1835 - 1909)

Si la vie de cet Architecte demeure méconnue, son œuvre imprègne encore aujourd'hui le paysage Architectural de la Cité.

Architecte Municipal de Montauban à partir de 1865, Léopold GARDELLE participe à de nombreux chantiers très importants, ouverts durant la seconde moitié du XIXème siècle. Il accompagne le grand mouvement de MODERNISATION URBAINE, dessinant des équipements collectifs, tous empreints d'un certain classicisme. Parmi ses principales réalisations figure la HALLE A GRAINS de la Place PRAX PARIS (détruite en 1966), la Banque de France, le Pont des Consuls et le Lycée des Garçons (actuel Collège Ingres).

En parallèle à sa carrière Municipale, GARDELLE œuvre pour le compte du Diocèse de Montauban. En cette période de renouveau Spirituel qui voit l'ouverture de nombreux chantiers d'Eglise, il signe plusieurs édifices néo-gothiques, dont Saint Jean de VILLENOUVELLE ou Saint Orens de VILLEBOURBON. Affaibli par des problèmes de santé, il met un terme à sa carrière à l'âge de 53 ans.

Sauver les âmes ...

Fondée à l'ombre de l'Abbaye SAINT THEODARD, siège d'un Evêché dès 1317 et entourée de nombreux COUVENTS des Ordres Mendiants, Montauban abrite durant le Moyen Age, une importante Communauté Religieuse. Ville commerçante fréquentée par de nombreux Marchands et donc ouverte aux IDEES NOUVELLES, la Cité accueille très favorablement les thèses CAVALNISTES ; elle est acquise à la Religion REFORMEE vers 1560. CAPITALE Protestante au même titre que LA ROCHELLE dans les années qui suivent, elle subit de plein fouet la CONTRE REFORME menée après sa REDDITION aux Armées Royales en 1629. Ecartées des charges du Pouvoir, les grandes Familles PROTESTANTES quittent alors la ville ou se reconvertissent dans l'INDUSTRIE, sans pour autant abandonner leurs convictions.

Marie de PENNE - Une Abbesse coquette et gourmande - (début XIVème et 2ème moitié XIVème)

Fille d'une ancienne famille de la Noblesse QUERCYNOISE, Marie de PENNE, est au milieu du XIVème siècle, l'Abbesse du Couvent des Clarisses, qui couve 26 Religieuses en 1342, toutes issues de vieilles Familles Montalbanaises.

Etabli extra muros au Faubourg Montmurat lorsque débute la guerre de Cent Ans, le Couvent est alors à la merci des raids Anglais. Soucieuse de protéger sa communauté, Marie de PENNE entreprend de la rapatrier à l'intérieur des Murs de la Cité, et acquiert pour cela plusieurs maisons à l'emplacement de l'actuelle Place Franck Roosevelt. Grâce aux livres de comptes du Marchand Barthélémy Bonis, qui consigne les achats de la Religieuse, nous découvrons une femme qui n'hésite pas à faire quelques entorses à la règle franciscaine. Coquette, Marie de PENNE se distingue par un fort penchant pour les friandises et les douceurs de toute sortes, comme nombre de ses consoeurs. Ainsi s'esquisse le portrait d'une communauté Religieuse moins stricte qu'il n'y parait, bien loin de l'idéal de dénuement prôné par l'Ordre des Clarisses.

Navarre de MONTAUT - Une Bienfaitrice oubliée - (1ère moitié XIIIème - 2ème moitié XIIIème siècle)

Derrière cette riche héritière d'une famille Marchande de Montauban, se cache la Fondatrice de l'un des plus anciens hôpitaux de la Cité. Navarre de MONTAUT rédige son testament en 1973. Elle lègue aux PAUVRES de la ville la plus grande partie de ses BIENS, dont sa maison située en bordure de l'actuelle Place du Coq, à laquelle est adossée la Tour dite LHAUTIER (effondrée en 1910), du nom de son époux défunt. Ce don fonde l'Hôpital SAINT JACQUES, qui deviendra l'un des plus anciens de la ville. Par ce geste d'aide aux plus démunis, Navarre de MONTAUT se conforme à une MORALE Chrétienne qui, en ce milieu du XIVème siècle, considère avec méfiance les fortunes Bourgeoises. Navarre de MAUTAUT n'est pas une exception ; elle souligne le rôle déterminant joué par les femmes dans la Fondation et la Gestion des Etablissements charitables au Moyen Age. Dans son sillage, c'est une foule de Bienfaitrices oubliées et méconnues qui ressurgit : la Veuve ESQUIVA de LAPORTE, qui fonde en 1278, l'Hôpital SAINT BARTHELEMY dans le Faubourg MONTMURAT et en assure l'Administration jusqu'à sa mort ; la Dame LOMBART, Régente de l'Hôpital MOUSTIER en 1353 et 1358 ; ou encore la Dame de BERGUANEL, Hospitalière à l'Hôpital de Parias en 1355.

Michel BERAUD - un Théologien Réputé - (Réalmont 1537 - Montauban 1611)

Ce Pasteur à l'intransigeance morale redoutée est l'un des Fondateurs du Collège Protestant de Montauban.

Originaire du Mans, Michel BERAUD mène d'abord une existence itinérante, enseignant dans plusieurs villes du Midi avant de s'établir de manière définitive à Montauban, en 1579. Il dispense alors dans sa demeure de l'actuelle rue Armand CAMBON, l'un des tous premiers enseignements théologiques Protestants de la Ville, en vue de former les futures Elites Montalbanaises au Ministère. La Devise "NON SIBI" "non pour soi", inscrite au dessus du portail d'entrée, résume l'homme et ses principes : l'enseignant affirme par sa volonté d'œuvrer pour le bien public et non pour sa postérité. THEOLOGIEN Réputé, Michel BERAUD fut également Délégué à la Cour d'HENRY IV, pour défendre les DOGMES Protestants lorsque le Roi se convertit au Catholicisme en 1593.

La famille BERAUD illustre parfaitement l'établissement de lignées de penseurs et de prédicateurs Protestants à Montauban, où il n'est pas rare de voir le ou les fils succéder au père. C'est le cas de son fils Pierre BERAUD qui occupera la Chaire de Grec de l'Académie Protestante.

Mgr Pierre de BERTIER - L'Homme de la Reconquête (Montauban 1768 - 1849)

Pierre de BERTIER est l'un des principaux Artisans de la Contre-Réforme menée à Montauban au XVIIème siècle à l'issue des guerres de Religion. Son Episcopat (1652 - 1674) est marqué par la réalisation d'un imposant Palais en bordure du Tarn (l'actuel Musée Ingres), qui exprime avec force le retour du CATHOLICISME triomphant dans l'ancienne Cité PROTESTANTE. Dans le même temps, il obtient la destruction du Temple Neuf puis fonde le petit Séminaire, qui assure la formation des Prêtres dans le respect du Concile de Trente. * Son action reste indissociable de celle de son dévoué Serviteur, le Prévôt de l'Eglise Cathédrale de Montauban  Henry LE BRET (1618 - 1710), ami d'enfance du célèbre Cyrano de BERGERAC, dont il fut l'Editeur. Reconnu pour sa compétence juridique et son habilité politique, le BRET devient l'homme de loi et la plume attitrée de l'Evêque. Il joua également un rôle déterminant dans les conversions forcées de Protestants au Catholicisme, publiant même à ce sujet une apologie de l'usage de la force. *ouvert en 1545, le Concile de Trente fut convoqué par le Pape Paul III pour tenter de répondre à la montée en puissance de la Réforme Protestante.

Mgr Michel de Verthamon de CHAVAGNAC - Protecteur des Pauvres (Limoges 1658 - Montauban 1662)

Issu d'une famille Noble du Limousin comptant plusieurs Evêques parmi ses Membres, Monseigneur Michel de VERTHAMON fit preuve d'une grande piété et d'un dévouement sans faille pour les Montalbanais. Il a 41 ans lorsque Louis XV le désigne en 1730 pour succéder à l'Evêque Mgr François-Joseph d'HAUSSONVILLE. Durant 32 ans, cet amoureux des belles lettres va œuvrer avec force en faveur de ses fidèles. Après s'être attaché à terminer la nouvelle cathédrale Notre Dame (consacrée le 1er novembre 1739), il décide d'établir à ses frais les Frères de la doctrine chrétienne, afin de dispenser aux plus pauvres des cours pour apprendre à lire, écrire et compter. En 1760, désireux de soulager les Montalbanais de l'obligation de loger les soldats du Roi, il fait édifier, toujours sur ses propres deniers, la première Caserne de Montauban. Construite à Villebourbon sur un terrain cédé par la ville, il en subsiste aujourd'hui le portail d'entrée, incorporé dans la nouvelle caserne "LA HIRE". Décédé en 1762, Michel de VERTHAMON a été enterré dans la fosse commune de l'Hôpital de la ville. Auparavant, il avait légué aux pauvres de l'établissement, l'ensemble de ses biens.

Marie Rose GINESTE - Une résistante bien discrète (Canals 1911 - Montauban 2010)

Engagée de la première heure, déterminée et discrète, Marie Rose GINESTE est une figure importante de la Résistance Montalbanaise. Militante de la CFTC* et principale Animatrice du Secrétariat Social et des Assurances de la Famille Toulousaine, Marie Rose GINESTE débute son action clandestine à la suite de l'appel du 18 juin 1940, lancé par le Général de GAULLE,. Jusqu'à la Libération, aux côtés d'autres hommes et femmes, elle s'illustre sur plusieurs fronts, diffusant la presse clandestine, assurant la liaison avec des groupes de la RESISTANCE, apportant son aide aux REFUGIES et aux familles JUIVES. Malgré la proximité immédiate du Siège de la GESTAPO et de la MILICE (faubourg du Moustier), le domicile de la Résistante sert même d'abri à des aviateurs Anglais, Américains et Canadiens. Son "fait d'Armes" le plus connu demeure sans aucun doute la diffusion de la lettre Pastorale de Monseigneur THEAS, qui condamne fermement les rafles des JUIFS. Durant l'été 1942, elle parcourt le Tarn et Garonne à vélo, apportant la lettre de Mrg THEAS dans de nombreuses paroisses du Diocèse avec l'aide de Monsieur BOSSU et Mademoiselle PUIG. Marie Rose GINESTE est décédée en 2010 à l'âge de 99 ans. Restée discrète sur ses actions de la RESISTANCE durant l'Occupation, elle fut une des rares femmes à avoir des hautes responsabilités dans des Organisations de la Résistance (Combat et témoignage Chrétien). * Confédération Française des Travailleurs Chrétiens

Souffrances et Résistances

Montauban est bien entendu marquée par son lot de malheurs et de souffrances. Concédée un temps aux Anglais (1360 - 1369), la ville a été relativement épargnée par la guerre de Cent Ans, mais souffre d'une féroce répression lors de son retour au sein de la Couronne de France. Aux XVIème et XVIIème siècles, étendard de la religion Protestante, Montauban résiste fièrement aux sièges menés par les Troupes CATHOLIQUES du Roi de France. Mais après la REDDITION de la Cité en 1629, les Protestants subissent de sévères mesures de rétorsion. Durant la première guerre Mondiale, la ville se couvre d'Hôpitaux provisoires ; durant la seconde, elle accueille de nombreux REFUGIES Espagnols mais aussi les Troupes d'OCCUPATION, non sans participer activement aux mouvements de la RESISTANCE. Enfin aux malheurs des GUERRES s'ajoutent les CRUES régulières du Tarn, qui investissent la ville, parfois de façon meurtrière.

Ratier de BELFORT - Gouverneur à la Noire Légende (vers 1330 - vers 1392)

Gouverneur de la ville après le retour de Montauban dans le giron de la couronne de France (1369), Ratier de BELFORT déploya un terrible zèle pour terroriser les habitants durant dix longues années. Nommé Capitaine de Montauban par le Roi Charles V, en récompense de son implication dans la reconquête de la ville, Ratier de BELFORT semble avoir agi en toute impunité. Il entendait se venger des Consuls et des Marchands qui s'étaient accommodés de la présence Anglaise durant la guerre de Cent Ans., n'hésitant pas à commercer avec l'envahisseur, ni même à frapper monnaie Anglaise. Séquestrations, demandes de rançons, jugements arbitraires, confiscations de biens, la liste de ses exactions donne le vertige, comme le nombre de ses victimes, parmi lesquelles figurent bien des veuves et épouses esseulées, dont les maris avaient disparu ou fui précipitamment la Cité. Le récit des années sombres vécues par les Montalbanais sous le joug de Ratier de BELFORT projette un éclairage saisissant sur un court épisode de l'histoire Montalbanaise, qui a vu la Cité devenir Anglaise après la signature en 1360 du traité de Brétigny.

Jacques DUPUY - Défenseur de Montauban (Caussade 1591 - Réalville 1676)

Jacques DUPUY demeure dans la mémoire Collective pour avoir été l'un des chefs de la Résistance Montalbanaise PROTESTANTE face aux troupes royales CATHOLIQUES lors du siège de la ville de 1621. Cette année là, Jacques DUPUY est premier Consul de la Ville de Montauban. Energique et audacieux, il entreprend de préparer la ville à subir le siège des armées de Louis XIII. Hormis la constitution d'un important stock de munitions, il doit assurer l'approvisionnement en vivres des Montalbanais. Abritant ordinairement près de 13 000 habitants, la ville intègre alors les paysans des alentours venus se réfugier et 6 000 soldats rassemblés par les principaux Capitaines du parti Huguenot, les Ducs de la Force et de Rohan. Accompagné des treize pasteurs de la ville, Jacques DUPUY s'attache à galvaniser les hommes, femmes, enfants et vieillards qui participent à la défense de la ville. Après quatre mois d'un siège meurtrier, décimés par la peste, les assiégeants se replient le 18 novembre. La victoire est cependant de courte durée et la ville contrainte de se rendre en 1629, après la chute de la Rochelle. La trace de Jacques DUPUY devient alors plus difficile à suivre. Il semble qu'il ait combattu en Italie au sein des armées du Roi en compagnie du Duc de ROHAN, avant d'être contraint par l'Intendant de s'établir à Caussade à son retour à Montauban.

Samuel de PECHELS - un Avocat Protestant dans les galères du Roi (Montauban 1664 - Dublin 1720)

Avocat Protestant victime des persécutions militaires (les Dragonnades), son parcours est emblématique des souffrances endurées par les Protestants à la suite de la révocation de l'Edit de Nantes en 1685. Refusant d'adjurer leur foi, Samuel de PECHELS et sa famille ont vécu un véritable calvaire. Le 20 août 1685, les Dragons (Soldats du Roi) entrent de force dans l'Hôtel Familial, qu'ils pillent sans vergogne. Samuel de PECHELS est mis à la porte, en même temps que ses trois enfants et sa femme enceinte. Emprisonné à Montauban puis à Cahors, il est finalement embarqué pour les Amériques en septembre 1787, puis enrôlé de force sur une galère Royale. Réussissant à s'échapper en août 1688, il parvient à se réfugier à Londres, rejoint quelques années plus tard par sa femme et leur fils Jacob. Il ne reverra jamais sa mère ni sa sœur, enfermées un temps au Couvent des Clarisses ; sa fille ainée Anne, âgée de 8 ans seulement, lors de ces évènements tragiques, restera en France et se convertira au Catholicisme.

Jean CLADEL - Victime Expiatoire de la Révolution (Falguières 1759 - Montauban 1793)

Natif de la région, cet ancien Soldat établi à Montauban en 1793 comme bourrelier* est la seule victime recensée à Montauban durant la Révolution Française. Garde National et Républicain convaincu, il est opposé au mode de recrutement des hommes mobilisés pour l'Armée, le système mis en place favorisant inévitablement les plus riches. Son tort principal aura été d'exprimer publiquement son désaccord et surtout de se laisser entrainer le 10 mars 1793 dans une parodie de défilé à la suite d'une beuverie. Ce qui n'était qu'un attroupement nocturne de jeunes gens éméché sera exploité par les autorités montagnardes**, qui l'érigent en une manifestation à caractère royaliste. Déclaré Meneur des évènements, Jean CLADEL est condamné à mort et exécuté Place Nationale le 11 mai 1793. Auparavant, il aura fallu acheminer la GUILLOTINE depuis Cahors jusqu'à Montauban, la ville n'étant alors qu'un simple Chef-Lieu de district du département du LOT. Dans son ouvrage "Les Martyrs", Léon CLADEL célèbre la mémoire de son grand oncle malheureux, bouc émissaire sacrifié à la psychose ambiante.

* artisan fabriquant les bas et harnais des chevaux et bêtes de somme

** les Montagnards formaient durant la Révolution un groupe Politique favorable à la République et opposé aux Girondins. Ce sont eux qui instituèrent la TERREUR en 1792. DANTON, MARAT et ROBESPIERRE appartenaient à ce groupe.

Manuel AZANA - Figure tragique de l'Exil Républicain (Alcala de Henares 1880 - Montauban 1940)

Le dernier Président de la République Espagnole, est mort en exil à Montauban.

Elu suite à la victoire du Front Populaire en 1936, Manuel AZANA s'oppose à la progression du Franquisme mais ne peut l'enrayer. Deux mois après son élection, le soulèvement militaire et nationaliste mené par Emilio MOLA et Francisco FRANCO marque le début de la GUERRE CIVILE Espagnole. D'abord réfugié à BARCELONE, il rejoint la diaspora Républicaine en France en Février 1939. Arrivés à Montauban en juin 1940, Manuel AZANA et son épouse sont hébergés au 35 rue Michelet, dans la Maison du Docteur Honoré CAVE, en compagnie d'autres réfugiés espagnols. Devant la menace aiguë d'un enlèvement orchestré par les Polices PETAINISTE et FRANQUISTE, le couple s'installe au Siège Montalbanais de la légation du MEXIQUE à -l'Hôtel du MIDI-, sous la protection permanente des Républicains. Ironie de l'histoire, Manuel AZANA s'éteint le jour même de la venue du Maréchal PETAIN à Montauban, le 3 novembre 1940. Deux jours plus tard, il est enterré au cimetière de la ville, accompagné par plus de 3 000 Républicains Espagnols et de nombreuses personnalités.

Louis SABATIE - Fusillé à 19 ans (Montauban 1924 - Toulouse 1944)

Elève au Musée Ingres de Montauban au moment de l'entrée en guerre de la France, Louis SABATIE s'engage aussitôt dans la RESISTANCE. Il fonde la PHALANGE Anti-Nazie, ainsi qu'un JOURNAL CLANDESTIN en Octobre 1940 "l'ETINCELLE" avec des Camarades du Lycée. Il se révolte contre toutes les atteintes aux LIBERTES, à la DIGNITE HUMAINE, aux INJUSTICES et à la TRAHISON. Lors d'une opération menée le 2 février 1944, il blesse mortellement un POLICIER en faction à Villebourbon, qui parvient cependant à l'identifier. Arrêté et torturé à la prison de Montauban, il est transféré le 17 février à la prison SAINT MICHEL de Toulouse. Il a été exécuté par la MILICE le jour même, après une parodie de jugement de la Cour Martiale.

Mireille BARAILLE - Une Sage Femme Téméraire (XXème - XXème)

Infirmière et Sage-Femme à la Maternité située à l'actuel 2 rue des Cambis, Mireille BARAILLE a mené durant la guerre, une action discrète mais néanmoins décisive pour des dizaines de familles JUIVES résidant à Montauban. Logeant à la Maison DOREE, dans le quartier de VILLENOUVELLE, elle fait accoucher de nombreuses femmes JUIVES avant de les transférer à la Maternité.

Arts et Culture

Cité Protestante durant les Guerres de RELIGION, Montauban se distingue alors par une importante activité Editoriale, support des controverses RELIGIEUSES et relais de l'Enseignement dispensé au Collège et à l'Académie PROTESTANTE. Au XVIIème siècle, l'Etablissement d'Administrations ROYALES conduit à l'arrivée d'une abondante NOBLESSE de Robe qui, aux côtés des Evêques, participe à l'ESSOR de la vie Culturelle LOCALE. Celle-ci se développe au XVIIIème avec la Fondation d'une Société LITTERAIRE dès 1730 et l'Aménagement d'un THEATRE Municipal en 1762, puis s'amplifie au siècle suivant avec l'ouverture des MUSEES d'Histoire Naturelle et des BEAUX ARTS. La fin du XIXème et le début du XXème siècles sont marqués par la Naissance du COURANT Régionaliste, qui redonne à l'OCCITAN ses Lettres de Noblesse.

Jean-Jacques LEFRANC de POMPIGNAN Poète à la Postérité Malheureuse (Montauban 1709 - Pompignan 1784)

Le nom de ce Juriste et Homme de Lettres Montalbanais demeure associé à deux Illustres de leurs temps : Voltaire et Olympe de Gouges. Magistrat doté d'une solide érudition, Jean Jacques LEFRANC de POMPIGNAN connaît une carrière Littéraire Prolifique. Traducteur Emérite d'ESCHYLE, Auteur de tragédies et de livrets d'OPERAS aujourd'hui oubliés, il excelle avant tout dans la POESIE LYRIQUE. Grand bibliophile et passionné d'ARCHEOLOGIE, il fonde une Société LITTERAIRE dès 1730, reconnue comme Académie en 1744 par lettres patentes de Louis XV. Les circonstances de sa réception à l'Académie Française en 1760 sont restées strictement célèbres, puisque le discours maladroit qu'il prononce alors à l'encontre des Encyclopédistes lui attire les foudres de VOLTAIRE, qui se plaira longtemps à railler les prétentions Littéraires du Montalbanais : "César n'a point d'Asile où sombre repose, Et l'ami POMPIGNAN pense être quelque chose" (La Vanité). Le Marquis est couramment désigné comme le père naturel d'Olympe de GOUGES, qui n'eut de cesse d'affirmer sa filiation avec lui. Bien que les liens du Poète avec la mère d'Olympe de GOUGES sont avérés et la rumeur locale insistante, LEFRANC de POMPIGNAN a toujours réfuté cette paternité contraire à ses origines Nobles et à ses convictions.

Daniel CHAMIER - Etendard de la Religion Réformée (Provinces du Dauphiné 1564 ou 1565 - Montauban 1621)

Issu de l'Illustre Académie Protestante de Genève, Daniel CHAMIER s'établit à Montauban en 1612 et devient rapidement l'une des références Morales incontournables de la Cité Protestante. Orateur et Polémiste brillant, Daniel CHAMIER compte parmi les plus grands PASTEURS de son temps. Participant et Dirigeant de nombreux synodes*, il se distingue notamment pour avoir participé aux commissions préparant la Rédaction de l'Edit de NANTES. Demandé comme Professeur de Théologie par les Académies Protestantes de Nîmes et de Genève, il intègre finalement celle de Montauban, révélant l'importance de la Cité dans le camp HUGUENOT. Son arrivée participe au rayonnement de l'Académie Montalbanaise, qui accueille alors des Etudiants venus de l'Europe entière. Partisan indéfectible de la Liberté Religieuse, il s'investit sans relâche en 1621 dans la défense de Montauban assiégée par les Troupes Catholiques de Louis XIII, harangant hommes, femmes et enfants à résister jusqu'à la mort. Il décède le 17 octobre 1621, frappé par un boulet de canon sur les Remparts de la ville. Figure d'un Protestantisme sans compromis qui voit le Théologien et le Soldat ne faire plus qu'un, il incarne une période paradoxale à Montauban, où la Morale Protestante la plus intransigeante plaçait la ville sous un éteignoir en même temps qu'elle provoquait un intense bouillonnement intellectuel.

* réunissant Délégués Laïcs et Pasteurs, le Synode est une Assemblée décidant de la formulation de la foi et des questions d'Organisation de l'Eglise Réformée

Mgr Anne-François-Victor Le TONNELIER de Breteuil - Un Prélat au Siècle des Lumières

(Paris 1726 - Saint Lo 1794)

Le dernier Evêque de Montauban, nommé en 1763 par Louis XV, est avec son Illustre prédécesseur Pierre de BERTIER, l'un des Evêques les plus marquants de l'Histoire de la ville. Apparenté par sa mère aux Familles Royales d'Angleterre et d'Irlande, Monseigneur de BRETEUIL se distingue à Montauban par la Publication de nombreux livres Liturgiques rédigés en français (et non plus en latin) , en prise donc avec la vie quotidienne du Peuple. Le TONNELIER de BRETEUIL est aussi un Collectionneur d'Œuvres d'Art*. A son initiative, les salons du Palais Episcopal (actuel Musée Ingres) se parent de décors réalisés par Marie-Joseph INGRES et deviennent de hauts lieux de la Société Montalbanaise, fréquentés par de nombreux Notables et Intellectuels, INGRES Père et son jeune Fils y donnent même fréquemment de petits concerts devant un public choisi. Malgré son intense activité Pastorale, l'image de Mgr de BRETEUIL a souffert d'une réputation peu flatteuse, présenté de son vivant comme un Prélat Mondain, dépensier, amateur de Chasses et de fêtes. Emprisonné pour avoir refusé de prêter le Serment Constitutionnel imposé aux Membres du Clergé durant la Révolution, il meurt à la Prison de Saint Lô, à l'âge de 68 ans.

* l'essentiel de ses collections est aujourd'hui conservé au Musée des Augustins de Toulouse

Jean-Marie-Joseph INGRES - Le Père Inconnu (Toulouse 1755 - Montauban 1814)

Sortir de la figure Paternelle de l'ombre du Fils n'est pas chose aisée, surtout lorsque le fils en question n'est autre que le célèbre Jean Auguste Dominique INGRES. La tâche s'avère ardue mais nécessaire, tant l'investissement du père a servi de tremplin à la carrière du fils Prodige, qu'il surnomme affectueusement "INGROU". Force est de constater cependant la supériorité Artistique du Cadet sur l'ainé, INGRES Père demeurant avant tout un Décorateur Habile.

En l'absence d'un inventaire recensant les diverses réalisations et les chantiers auxquels il a participé à Montauban, de nombreux travaux lui ont abusivement été attribués. Les DECORS du SALON du Palais EPISCOPAL, le Retable dit des Trésoriers de France de l'Eglise SAINT JACQUES ou les STATUES de Terre cuite de la Villa BEAUSOLEIL sont cependant incontestablement de sa main.

Cet Artiste local reconnu, bénéficiant d'un solide réseau de relations, laisse de lui une IMAGE complexe : celle d'un époux volage et inconstant, d'un père délaissant son foyer pour mener une vie de Célibataire à Toulouse et s'investir sans relâche dans sa formation Artistique de son Fils ainé.

Jean Jacques LACOSTE RIGAIL - Un Peintre Paysager bien discret (Montauban 1782 - 1853)

Peintre à la notoriété locale, Jean Jacques LACOSTE RIGAIL (dit le Jeune) est l'Auteur d'une œuvre qui s'avère aujourd'hui un précieux témoignage sur une époque révolue. Sourd Muet de naissance, l'Artiste puise son inspiration dans son environnement proche, accordant un soin particulier aux détails les plus infimes. Les Berges du Tarn et le va-et-vient des Gabarres* semblent être l'un des sujets de prédilection, comme en témoignent ses œuvres les plus connues "Vue de Montauban depuis les Oliviers" et "Vue de Montauban depuis la Rive Gauche". Issu d'une illustre famille Montalbanaise (c'est le frère Cadet du Négociant en Draps Bernard Lacoste Rigail), il se fait naturellement le chroniqueur de la vie Mondaine, mais s'attache aussi à dépeindre avec une tendresse particulière les scènes de rue et les gens simples. L'essentiel de son œuvre est aujourd'hui dispersé dans des collections particulières. 

Achille BOUIS - Portraitiste d'une ville en mutation (Toulouse 1833 - Montauban 1914)

Ce Photographe d'origine Toulousaine est le Portraitiste privilégié d'une ville en pleine mutation. Installé à Montauban depuis 1866, est l'Auteur de la plupart des Cartes Postales de Montauban éditées au début du XXème siècle, qui constituent un matériau précieux pour mesurer l'évolution de la ville. Sa boutique de Photographies, ce cartes Postales et de souvenirs, installée rue du Vieux-Poids, était l'un des lieux incontournables de la ville, fréquenté par les curieux comme par les Erudits Locaux. Figure clé de la vie intellectuelle locale, Achille BOUIS prend une part active aux travaux de la Société Archéologique du Tarn et Garonne, fondée en 1866 par le Chanoine Fernand POTTIER. Professeur du jeune Antoine BOURDELLE à l'école Municipale de Dessin, il est aussi Conservateur du Musée Ingres de 1889 à 1914.

Emile POUVILLON - Chantre du "Roman Paysan" (Montauban 1840 - Chambéry 1906)

Puisant son inspiration dans le terroir Familial, l'Ecrivain Emile POUVILLON appartient avec Léon CLADEL (Montauban 1835 - Sèvres 1892) au courant Régionaliste. Issu d'une famille de la Bourgeoisie rurale, il est resté fidèle à la terre qui l'a vu grandir, décidant de revenir s'établir à Montauban à l'issue de ses études de droit. En 1867, à l'occasion d'un nouveau séjour dans la Capitale, il rencontre Jules VALLES, qui décide de publier ses premiers textes. De retour à Montauban, Emile POUVILLON choisit alors de se consacrer à la LITTERATURE. Ses textes, peintures du monde Paysan du Quercy au XIXème siècle, romans psychologiques, mais encore recueils de nouvelles et de contes, sont publiés dans des revues Parisiennes ou journaux Toulousains. Homme de conviction, il repère très tôt les talents du jeune Antoine BOURDELLE, dont il devient un temps le mécène. Le Buste de l'Ecrivain réalisé par Bourdelle en 1883, aujourd'hui conservé au Musée Ingres, est l'un des premières commandes importantes qu'ait reçues l'Artiste. En 1894, POUVILLON n'hésitera pas à apporter son soutien au Capitaine DREYFUS, ce qui lui vaudra de rompre avec certaines de ses relations littéraires.

Fernand POTTIER - Le Chanoine Archéologue (Beaumont de Lomagne 1838 - Montauban 1922)

Ordonné Prêtre en 1863, Fernand POTTIER débute sa carrière Ecclésiastique à Montauban comme Vicaire de l'Eglise SAINT ORENS de VILLEBOURBON, avant d'être nommé à la Cathédrale Notre Dame (1871) puis d'en devenir Curé Archiprêtre (1907).

En plus de sa charge, le Chanoine POTTIER est un brillant acteur de la vie Culturelle Locale. HISTORIEN de Formation, il co-fonde la Société Archéologique du Tarn et Garonne en 1866, dont il assure la Présidence durant 56 ans. Homme de terrain il mène de nombreuses campagnes de fouilles à Montauban et dans le département. Parmi celles-ci, la découverte de la salle dite du "Prince Noir" dans les sous-sols du Musée Ingres, ou encore l'exhumation des vestiges de la Cathédrale de MONTAURIOL, détruite au milieu du XVIème siècle. En 1913, il devient le Premier Conservateur des Antiquités et Objets d'Art nommé dans le Département.

En 1869, Fernand POTTIER lance le bulletin de la Société Archéologique du Tarn et Garonne, dont il sera un contributeur régulier. Egalement Professeur au Grand Séminaire, il y enseigne avec passion l'Histoire de l'Art, sensibilisant les futurs Curés à la Préservation du Patrimoine.  En 2011, la Société Archéologique du Tarn et Garonne a fêté son 145ème anniversaire ; les bulletins continuent de paraître au rythme d'un volume par an.

Antonin PERBOSC - Père de la Renaissance Occitane Contemporaine (Labarthe 1861 - Montauban 1944)

C'est à Montauban, au carrefour du Languedoc, de l'Aquitaine et du Massif Central, qu'est né le grand mouvement de la Renaissance OCCITANE sous l'impulsion d'Antonin PERBOSC. Au fil des siècles, l'action centralisatrice de la Monarchie puis de la Révolution a progressivement transformé la LANGUE ROMANE parlée dans le Midi de la France en une somme de dialectes particuliers cantonnés au domaine oral. A la fin du XIXème siècle, parallèlement aux progrès de la scolarisation et de la révolution Industrielle, la France redécouvre le phénomène Régional. Le grand Œuvre d'Antonin PERBOSC est l'unification de la LANGUE OCCITANE jusque là éparpillée sur 34 départements, variant souvent d'un village à l'autre. C'est le point de départ du grand dessein Occitan, Culturel pour les uns, Politique pour d'autres, qui traversera tout le XXème siècle. Sa vie durant, comme Instituteur d'abord puis comme Bibliothécaire de la ville de Montauban, PERBOSC se livre à un gigantesque travail de restauration de la LANGUE OCCITANE, collectant et transcrivant tous les MOTS, EXPRESSIONS et CONTES POPULAIRES en usage dans la REGION.

Ecrivain et Ethnographe, PERBOSC laisse une œuvre IMMENSE. L'ancienne bibliothèque de Montauban, qui portait son NOM depuis 1975, conserve des milliers de notes et documents divers, mémoire d'une impressionnante Archéologie Linguistique.

Lucien CADENE - Peintre de l'Ecole de Montauban (Montauban 1887 - 1958)

L'œuvre entière de Lucien CADENE puise ses racines dans la ville Natale du Peintre. Ses tableaux sont une EVOCATION sensible du Montauban Populaire et ses fêtes, mais aussi des évènements majeurs du XXème siècle qui ont marqué la ville. Deux toiles sont EMBLEMATIQUES à cet égard : "La Libération de Montauban" (1944) ou encore "Les Pendus - Hommage aux Martyrs de la Gestapo et de la Milice de Darnan" (1944), rappel d'un épisode dramatique sous l'Occupation Allemande. Invalide suite à une blessure contractée lors de la Première Guerre Mondiale, il s'est souvent inspiré des horreurs de son temps, notamment de la Guerre d'Espagne et du Nazisme. CADENE est l'une des figures clés du groupe de "l'Ecole de Montauban", influencée par l'œuvre de CEZANNE et de BRAQUE.

Victor BRUN - Pionnier de la Préhistoire (Montauban 1805 - 1881)

Durant 29 années, Victor BRUN a consacré sa vie au Musée d'Histoire Naturelle de Montauban, qui porte aujourd'hui son NOM. On dispose de très peu d'éléments Biographiques sur cet homme modeste et discret, dont aucun portrait n'a été conservé. Fils ainé d'une riche famille de NEGOCIANTS Protestants et bénéficiaire de rentes financières, il s'est consacré avec passion, à l'étude des SCIENCES NATURELLES. Ses recherches dévoilent un homme très au fait des Sciences Naturelles. Ses recherches dévoilent un homme très au fait des sciences de son temps, dont la rigueur et la précision des travaux sont remarquées par les Scientifiques Contemporains. Naturaliste accompli, il a constitué de nombreuses COLLECTIONS (mammifères, oiseaux, nids et œufs, coquilles, insectes ...) qui représentent aujourd'hui l'essentiel du fond du Muséum, dont il devient le premier Conservateur le 1er juillet 1857. Les FOUILLES qu'il mène à BRUNIQUEL entre 1864 et 1866 se révèlent très importantes pour la PREHISTOIRE, qui est alors une science nouvelle. Sa découverte la plus marquante (mai 1864), celle d'un squelette PALEOLITIQUE daté de 15 200 ans surnommé "LA DAME DE BRUNIQUEL" acquiert même une renommée MONDIALE. Victor BRUN, lui est demeuré dans l'ombre.

Fulgurances

Ce chapitre rassemble des HOMMES et des FEMMES dont il est permis d'interroger le lien qu'ils ont entretenu avec la ville. Tous sont nés à Montauban certes, mais ils n'ont accomplis l'œuvre qui les rendra CELEBRES qu'après avoir quitté leur ville NATALE, sans parfois jamais la REVOIR. Sans doute y étaient ils pour la plupart obligés, la structure administrative et culturelle de la France ne permettant pas aux TALENTS de briller dans la Capitale. S'ils sont donc MONTALBANAIS, c'est peut être parce que leurs années de jeunesse ont été fondamentales dans leur formation de leur SENSIBILITE. Mais le plus important tient dans le fait que tous ici à Montauban, les REVENDIQUENT comme une partie de l'héritage Culturel de la Ville. "Patrimionalisés", ils entrent dans la MEMOIRE COLLECTIVE, dont nul ne saurait alors les DETACHER.

Louis de CAHUZAC - LIBRETISTE de Rameau (Montauban 1706 - Paris 1759)

Après de brillantes études qui le mènent à Toulouse, Louis de CAHUZAC devient Avocat à la COUR DES AIDES de Montauban puis gagne la Capitale en 1732 où il se lit rapidement avec le "tout Paris" Artistique et Littéraire. Secrétaire des Comtes de Clermont, il publie alors des tragédies et des comédies (Pharamond). Depuis Paris, il participe à la création de l'Académie de Montauban, aux côtés du Marquis de POMPIGNAN. En 1745, il fait la connaissance du grand Compositeur Jean Philippe RAMEAU, pour lequel il écrira le livret de Sept Opéras, dont les célèbres "Zoroastre" et les "Boréades". Outre un important traité - La Dame Ancienne et Moderne - ou - Traité Historique de la danse -, il a rédigé une quinzaine d'articles sur la DANSE et le THEATRE LYRIQUE dans l'Encyclopédie de Diderot. Soupirant éconduit de la célèbre Chanteuse d'Opéra Marie FEL, il meurt de chagrin à Paris, de 53 ans.

Olympe de GOUGES - PASSIONARIA de la Révolution (Montauban 1748 - Paris 1793)

Fille d'Anne Olympe MOUISSET et probablement du Marquis Jean Jacques LEFRANC de POMPIGAN, Marie GOUSE est élevée par son Père légal, le Boucher Pierre GOUZE. Elle transformera par la suite son patronyme en GOUGES et adoptera un des prénoms de sa mère, ainsi qu'une particule étonnante quand on connaît son engagement pour la Révolution française. Veuve très tôt, Olympe de GOUGES quitte Montauban pour Paris à 22 ans, avec son jeune fils. De langue Maternelle OCCITANE, comme la plupart des Montalbanais de son époque, elle s'emploie alors à maitriser le Français, sans jamais y parvenir totalement. Elle doit en effet faire appel à des Secrétaires pour rédiger ses écrits, ce dont ses adversaires se serviront pour la discréditer. Séduite par le théâtre, elle écrit de nombreuses pièces marquées d'un fort engagement Politique (condition Féminine, dénonciation de l'Esclavage ...) qui trouve son établissement dans la Déclaration des Droits de la Femme et de la Citoyenne, rédigée en 1791. Olympe de GOUGES n'est jamais revenue dans sa ville Natale. Les rares allusions qu'elle a pu faire dans son œuvre à ses années Montalbanaises sont pour évoquer la tristesse de son sort et sa filiation présumée avec le Marquis de POMPIGNAN. L'amère expérience de son mariage forcé a sans doute été importante dans la formation de ses convictions et dans son engagement pour la condition des Femmes. Elle est morte à Paris "guillotinée" le 3 novembre 1793.

Hyppolyte de GUIBERT - Le Général PHILOSOPHIE (Montauban 1743 - Paris 1790)

Contemporain d'Olympe de GOUGES, Hyppolyte de GUIBERT est l'une des figures emblématiques du siècle des Lumières, dont il incarne parfaitement l'esprit : Militaire, homme cultivé et Ami des Penseurs de son temps, il entretient une liaison amoureuse avec Julie de LESPINASSE, alors figure de l'un des salons les plus en vue de la Capitale. Ce Général Montalbanais se distingue par une carrière brillante, s'illustrant lors de ses premiers combats à l'âge de quatorze ans. Il est l'Auteur de plusieurs écrits qui ont fait date, dont le "Célèbre Essai Général de Tactique Moderne", ouvrage Politique et Militaire majeur paru en 1772 qui constitua le livret de chevet de Washington et de Bonaparte. Ville de garnison, Montauban a su perpétuer la mémoire de ce Général reconnu comme le Précurseur de la science Militaire Moderne, baptisant de son nom une caserne et la Place en bordure du Pont des Consuls.

André JEANBON - dit JEANBON Saint André, Pasteur Révolutionnaire (Montauban 1749 - Mayence 1813)

Fils de Drapiers Protestants, André JAMBON reçoit pourtant une éducation Catholique de façade, la religion réformée demeurant interdite depuis la révocation de l'Edit de Nantes en 1685. Collégien chez les JESUITES, il étudie à Bordeaux puis s'enrôle dans la Marine Marchande, qu'il abandonnera à la suite d'un naufrage. Agé à 21 ans, il part étudier la THEOLOGIE à Lausanne où il prend le pseudonyme de "SAINT ANDRE". Consacré Pasteur en 1773, il officie d'abord dans la Clandestinité à Castres, avant de s'établir à Montauban en 1788. Révolutionnaire Ardent, il est élu en 1792 Député du LOT (le Tarn et Garonne n'existe pas encore) et obtient un congé du consistoire Protestant*. A Paris, il se révèle un excellent Orateur et multiplie les interventions, si bien qu'il entre au Comité de salut public, où il prend en charge la Marine. Chargé de la réformer, il fait adopter en 1794 le DRAPEAU TRICOLORE dans sa disposition actuelle, qui devient alors le pavillon officiel de la Marine. Rallié à Napoléon, il est nommé Préfet du Département Outre Rhin de Mont-Tonnerre. Elevé BARON d'Empire en 1809, il meurt à Mayence quatre ans plus tard, emporté par le typhus. Durant son action à Paris, Jeanbon SAINT ANDRE n'a oublié ni sa ville natale, ni ses convictions religieuses. Après être intervenu pour faciliter l'achat par l'Eglise réformée de l'ancienne Eglise du Couvent des Carmes, il a fait don de sa bibliothèque à toute la nouvelle Faculté de Théologie de Montauban.

* Assemblée de Religieux et de Laïques élus pour diriger les affaires de la Communauté

Ma PHOTO prise de JEANBON SAINT ANDRE à Montauban

Jean Auguste Dominique INGRES - le Fils PRODIGE (Montauban 1780 - Paris 1867)

INGRES est né le 29 Aout 1780 au 48, Faubourg du Moustier. Décorateur localement réputé, son père l'initie très jeune aux BEAUX ARTS, si bien qu'il entre dès 11 ans à l'Académie de Toulouse. En 1796, il gagne Paris pour parfaire sa formation sous la Direction du Peintre DAVID. Hormis une parenthèse Florentine, INGRES a réalisé l'ensemble de sa carrière à Paris et à Rome, où il a passé près de 20 ans de sa vie. Célèbre pour ses portraits, le Peintre affectionnait cependant plus particulièrement la Peinture d'Histoire et les sujets Religieux, qu'il eut tout le loisir d'apprécier en Italie. Il pratiquait aussi la Musique avec un grand plaisir : lors de ses jeunes années à Toulouse, il avait joué SECOND VIOLON dans l'Orchestre du Capitole. Parti très jeune de Montauban, INGRES ne devait revenir dans sa ville Natale qu'en 1826, à l'occasion de la Réception du Vœu de Louis XIII, tableau commandé pour la Cathédrale par l'Etat. Obligé de quitter la Province pour se construire un avenir, INGRES eut une vie conforme à celle d'un Peintre de son temps. Il est resté fidèle toute sa vie à son ami d'enfance Jean François GILIBERT, avec qui il entretint une correspondance nourrie. Les nombreuses lettres qu'ils échangent, les colis de victuailles que lui envoie GILIBERT, maintiennent le lien du Peintre avec une terre dont il se souvient avec nostalgie. Ainsi écrivait il à son Ami le 2 octobre 1841 : "J'aimerais mieux renoncer à tout cela [...], pour aller vivre en paix à Montauban [...], ignoré un jour devant l'autre, me reposer et respirer enfin".

Ma photo - Vœu de Louis XIII prise dans la Cathédrale de Montauban

Adèle Athénaïs MIALARET - dans l'ombre de Jules MICHELET (Montauban 1826 - Paris 1899)

La seconde Epouse du célèbre HISTORIEN Français Jules MICHELET (1798-1874) est la fille d'un MAGISTRAT Montalbanais et d'une mère Américaine. De son enfance à Montauban, elle a laissé un récit émouvant intitulé "Mémoires d'une Enfant" publié en 1866. Après des études dans une pension Religieuse, elle devient Institutrice à BAYONNE puis Gouvernante et Dame de Compagnie à Vienne. Ses premiers échanges avec l'Historien Jules MICHELET sont épistolaires. Après une première rencontre à Paris, ils se marient en mars 1849, puis débutent un travail en collaboration dont sont issus plusieurs ouvrages, parmi lesquels "l'Oiseau", "la Femme", "la Mer", ou encore "la Montagne". Le couple MICHELET réside régulièrement à Montauban, où il se consacre à l'Ecriture. C'est dans leur maison du 21 Faubourg du Moustier que Jules MICHELET rédige d'avril à septembre 1863, le chapitre de son "Histoire de France" consacré à Louis XIV.

Antoine BOURDELLE - Sculpteur en Langue d'OC (Montauban 1861 - Le Vésinet 1929)

Comme son illustre prédécesseur INGRES, c'est auprès de son père Ebéniste qu'Antoine BOURDELLE se confronte pour la première fois à la matière. A 15 ans, il obtient une bourse et entre à l'Académie des BEAUX ARTS de Toulouse, avant de partir pour Paris en 1884 dans l'Atelier d'Alexandre FALGUIERE. Il n'y reste que peu de temps, mais demeure tout de même dans la Capitale. La rencontre déterminante est celle que fait l'Artiste avec RODIN. En 1893, BOURDELLE entre comme Praticien dans l'Atelier du Maitre, près de 10 ans après Camille CLAUDEL, qui commence alors à s'en détacher. La collaboration de BOURDELLE avec RODIN se révèle fructueuse et dure jusqu'en 1908. S'il a quitté Montauban Adolescent, BOURDELLE est cependant resté dans sa région Natale jusqu'à l'âge de 23 ans et ces années de jeunesse ont été fondamentales dans la construction de sa SENSIBILITE. Toute sa vie, il n'a eu de cesse d'affirmer ses origines OCCITANES et son attachement à sa ville Natale. L'Artiste, qui déclarait "SCULPTER" "en patois" a plusieurs fois évoqué sa ville Natale dans des poèmes, ce "coin de terre française, aux ombrages plein de lueurs, cette vieille ville aux constructions couleur d'automne". En 1912, désireux de figurer en bonne place au Musée de la ville aux côtés d'INGRES, il étudiait les meilleures conditions d'exposition de ses OEUVRES. Cette salle dédiée à BOURDELLE ouvrira finalement quarante ans plus tard, en 1954. Le Musée INGRES, les rues et places de la ville de Montauban présentent aujourd'hui bien des SCULPTURES offertes par l'Artiste ou vendues au seul prix de la fonte.

Léon BOURJADE - AS de la grande GUERRE (Montauban 1889 - Yule Island 1924)

Missionnaire et Aviateur au parcours Atypique, Léon BOURJADE est issu d'une famille Aristocratique, où deux de ses ONCLES ont mené une brillante carrière MILITAIRE. Après des études au "Petit Séminaire" de Montauban, il intègre en 1808 le NOVICIAT des Pères du SACRE COEUR de Jésus à ISSOUDUN (Indre) et prononce ses vœux deux ans plus tard. Lorsque la guerre éclate, il étudie la THEOLOGIE à l'Université de Fribourg en Suisse. Mobilisé au 23ème Régiment d'Artillerie de Toulouse, il rejoint ensuite la 125ème brigade de bombardiers et y gagne une première citation pour actes de bravoure. Affecté à l'aviation en 1917, il passe son brevet de pilote et se spécialise rapidement dans l'attaque des ballons d'observation Allemands. Il termine la guerre au grade de Lieutenant, après avoir remporté 28 victoires officielles. Ordonné PRETRE en 1921, il embarque pour la Papouasie (Nouvelle Guinée) où il officie trois ans, avant de contracter le PALUDISME et de décéder à l'âge de 35 ans. A Montauban, une place et un Monument élevé Quai Montmurat commémorent les exploits de Léon BOURJADE.