Découvrez notre région - l'Occitanie 
 Son Patrimoine - Sa Culture - Son Art

   Son dynamisme
    Son Authentisité
    Ses paysages grandioses
    Ses 13 départements

Le Gard

Cap Sud Ouest Nîmes - Pont Du Gard, aux sources de la romanité

Cap Sud Ouest vous invite découvrir un patrimoine exceptionnel du département du Gard, l’Aqueduc de Nîmes. Une construction de plus de 50 km de longueur qui apportait l'eau de la Fontaine d'Eure, située au pied d'Uzès, jusqu'à la ville romaine de Nemausus, aujourd'hui Nîmes, alors à son apogée.
Avec Elisabeth Lavielle, nous commençons notre voyage avec l’ouvrage le plus beau, le plus impressionnant: le Pont Du Gard. L’occasion de mettre au jour les petits secrets de ce monument inscrit sur la liste des Biens du patrimoine mondial par l'UNESCO, l’un des plus visités de France. Mais on a trop tendance à réduire l’Aqueduc au spectaculaire Pont du Gard. Jean Louis Paillet, architecte archéologue est l’un des plus grands spécialistes des aqueducs romains en Europe. Il a passé sa vie à étudier celui de Nîmes pour comprendre l’ensemble du dispositif. En sa compagnie, nous partons dans la garigue, pour découvrir des ouvrages d’art méconnus de l’aqueduc comme le Pont de La Lone, le Pont Roupt, les Tunnels de Sernhac…
Terminus de notre voyage : Nîmes bien sur. Surprise, la cité antique créée autour d’une source naturelle n’avait pas un besoin vital en eau. L’aqueduc servait en fait un programme de prestige qui permit à Nemausus de devenir l’une des plus belles cités romaines. Il reste aujourd’hui encore des vestiges parmi les mieux conservés du monde romain : la Maison Carrée, la Tour Magne et bien sur l’Amphithéâtre. Apres la découverte des coulisses des arènes avec Michael Couzigou, Eric Teyssier, agrégé d'histoire, licencié en archéologie, nous fait revivre les jeux romains. Pour finir, nous retrouvons au musée archéologique de Nîmes, Jean Claude Golvin. Archéologue et chercheur attaché au CNRS, Jean Claude est à la fois un scientifique et un artiste. Il a réalisé plus de 800 restitutions qui permettre de mieux appréhender cette civilisation romaine et de remonter de façon concrète aux sources de la romanité.

Cap Sud Ouest Gard (Vallée de la Cèze/Uzès) des passions d'histoire, des histoires de passion

Le Nord-Est du département du Gard offre des paysages sauvages, un plateau de garrigues entaillé par des cours d’eau où les hommes ont du faire preuve d’imagination pour vivre en harmonie avec un environnement exigeant. Nous commençons nos escapades en compagnie d’Antoine Gonzales de l’association « Itinéraire Cèze » au splendide village de Montclus, sur les rives de la Cèze. Un cours d’eau qui a du caractère et qui lors des épisodes cévenols sort facilement de son lit. Avec Isabelle Puglisi-Lelièvre, éducatrice à l’environnement « Itinéraire Cèze », nous partons ensuite à la découverte de gorges hors du commun, les Concluses de Lussan. Une approche pleine de sensibilité de ce patrimoine naturel. L’histoire du Gard est marquée par la conquête romaine. Nous retrouvons Laurent Vidal, archéologue à l’Inrap, au Camp de César, situé sur la commune de Laudun-l'Ardoise, Une ville antique de 18 hectares sur une terrasse calcaire à 200 mètres au-dessus du sillon rhodanien. L'oppidum Gallo-Romain, présente des vestiges de cinq périodes d'occupation successives, du premier âge du Fer au Moyen-Age : remparts, nécropoles, quartiers d'habitations, basilique, forum,.... Les romains ont légué, entre autre, à ce territoire la viticulture. C’est au milieu des vignes que nous retrouvons Alexandre Pau, pour des « vendanges archéoligiques ». Professeur d’histoire, Alexandre a noué une relation passionnée avec cette terre. Président de l’association « Muses et Hommes », il se bat avec d’autres bénévoles pour protéger et sauvegarder le patrimoine de son village, Sabran. Avec le même intérêt pour le château médiéval des seigneurs de Sabran que le patrimoine modeste comme une cabane en pierre de bergers. Enfin, nous partons à l’autre extrémité du plateau pour découvrir, avec Anne Lise Moreau, « la perle de la garrigue », Uzès.

Produits du terroir gardois

L'OIGNON DOUX DES CEVENNES

La culture de l'oignon doux des Cévennes est, depuis près de deux siècles, intimement liée à l'histoire de ce pays.

L'oignon doux des Cévennes est  cultivé dans une zone limitée des Cévennes et  bénéficie d'une appellation d'origine contrôlée et d'une appellation d'origine protégée.
Elle est indissociable des paysages de terrasses qui caractérisent les Cévennes méridionales, des étés chauds et secs, de l'eau abondante qui irrigue chaque parcelle. Cette persistance témoigne de l'activité des hommes, attentifs à remonter les murets de pierres sèches, à capter des ruisseaux, à maintenir la qualité de cette production traditionnelle.
Ici donc est né l'oignon doux des Cévennes, bénéficiant des avantages propres à un terroir et du savoir-faire de ses agriculteurs.

HUILE D'OLIVE

Avec près de 4 000 ha plantés, le Gard est le premier producteur d'olive de la région.

L' AOP Huile d’Olive de Nîmes certifient une qualité particulière liée à la région gardoise et au mode de production traditionnel transmis de génération en génération.
L'huile d'olive est un produit naturel et sain utilisé depuis la nuit des temps par les hommes pour guérir de nombreux maux et entretenir leur santé grâce à la présence de vitamines et de bio phénols, réputés pour leurs propriétés anti-cancérigène, anti-inflammatoires et anti-microbiennes.
C'est un pur jus de fruit obtenu par simple pression à froid.
Du côté du goût, l'originalité de l'Huile d'Olive de Nîmes passe par son intensité aromatique, accompagnée d'une ardence et d'une amertume reconnue.

L'ASPERGE CELESTINE CAMARGUE ou ASPERGE DES SABLES

L’asperge est cultivée en France depuis le XVe siècle

C’est une plante qui affectionne particulièrement les sols sablonneux; c’est pourquoi il existe une importante production d’asperges des sables dans le Gard.
Début mars, c'est en Camargue que sont délicatement cueillies à la main les premières asperges blanches. Produites dans les terres sablonneuses du département, elles se trouvent sur les étals du mois de mars à fin mai. Le ramasseur doit tout d'abord repérer le bourgeon qui affleure à la surface du sol avant de dénicher l'asperge. Délicatement, il va enfoncer sa "gouge", tige de métal incurvée et terminée par un cercle à peine plus large que le calibre de l'asperge, dans le sol jusqu'à la base de la jeune pousse.
Dès mi-mars, le reste du département, basse vallée du Rhône et Uzège en tête, est à son tour en production, pour atteindre son rendement optimum début avril. La qualité des différents terroirs et la douceur du climat se conjuguent pour donner des asperges droites, blanches et parfumées très prisées des grands chefs, mais aussi des asperges vertes très appréciées des connaisseurs...

EPICERIE DE LA TRANSHUMANCE

Epicerie la Transhumance

Au centre de l'Espérou, carrefour des hommes de la route ( rond point ), venez découvrir notre Epicerie Atypique ou règne l'athmosphère de la MONTAGNE par ses odeurs et ses couleurs.

Epicerie Fine de Montagne qui existe depuis plus de 40 ans.
Laurent l'Epicier du village ( ancien Restaurateur du Guide Michelin ) saura vous conseiller sur les Produits du Pays: CHARCUTERIE/CREMERIE/FROMAGES tout pour le bon vieux repas( pique-nique )
L'épicerie se situe à l'Espérou (station de moyenne montagne de 130 habitants, située à 30 Km du Vigan, sous Préfecture du gard), sur l'axe menant à la dernière station méteorologique de France du Mont Aigoual très visitée en saison touristique.

LA REGLISSE

Le "bois de réglisse", connu depuis la plus haute Antiquité, est la racine d'un arbrisseau appartenant à la famille des légumineuses. La plante peut atteindre plus d'un mètre de haut et pousse à l'état sauvage dans les régions méditerranéennes.
On exploitait le jus sucré des racines pour faciliter la digestion, soulager les affections de la gorge et des organes respiratoires. En France, on récoltait autrefois la réglisse dans le midi, notamment en Camargue.
La production locale ne suffisant pas à la consommation, on en importait d'Espagne, d'Italie ou du Moyen-Orient. Elle était importée, non traitée, sous son apparence de bois et, de là, gagnait les officines d'apothicaires.

L’implantation des premières fabriques de réglisse dans le Sud de la France s'explique par la proximité des zones portuaires. Peu à peu ces propriétés médicamenteuses laissent la place aux confiseries et à la fabrication de tisanes.

A visiter absolument : le Musée du Bonbon Haribo à Uzès... "L'histoire alléchante d'un siècle de confiserie..."

LA FOUGASSE

Rien à voir avec ses cousines salées aux grattons, aux lardons ou aux olives qui embaument les boulangeries : La fougasse d'Aigues-Mortes est une brioche moelleuse humectée de beurre et de fleur d'oranger, et saupoudrée de sucre.

LES TELLINES

Ce petit coquillage à la forme triangulaire, porte aussi le nom de "haricot de mer".

Il est apparenté à la famille des moules et des huîtres présentes en Méditerranée non loin du Grau Du Roi, et vit principalement dans le sable du rivage graulen, mais il faut être professionnel de la pêche pour pouvoir le ramasser avec un râteau fermé par un filet à petites mailles. La meilleure pêche se fait lorsque le temps tourne à l'orage : le coquillage adorant ce temps, remonte tout près de la surface et remplit ainsi la besace du pêcheur.
Ne pas goûter les tellines, c'est se priver de l'un des plus délicats plaisirs culinaires méditerranéens.
Toutes petites mais savoureuses, les tellines sont un régal pour tous les amateurs de fruits de mer. Coquillage emblématique des plages camarguaises, il est récolté de façon artisanale.
TELLINES A LA PROVENÇALE (pour 4 personnes)
- 1 kg de tellines
- 4 gousses d'ail
- du persil
- huile et vinaigre
Rincez les coquillages et enlevez le maximum de sable. Faites ouvrir vos tellines sur feu vif avec un peu d'eau. Une fois ouvertes, égouttez-les et laissez-les refroidir. Hachez le persil et l'ail ; préparez une vinaigrette et incorporez-y le persil haché.
Versez cette préparation sur les tellines et régalez-vous !

LES CERISES

Dès le début mai, les cerises gardoises, produites surtout dans la basse vallée du Rhône et autour de Remoulins, donnent un air d'été aux corbeilles de fruits de tout le pays. Fin mai, "la cerise dans tous ses états" met le fruit et ses variétés acides ou plus douces à l'honneur le temps d'un week-end à Remoulins.

LA GUARIGUETTE ou FRAISE DE NIMES

Fraise de Nîmes

Parmi les produits agricoles gardois, il en existe un particulièrement attractif : la Fraise de Nîmes. En effet, elle la première fraise de printemps de France cultivée en pleine terre, généralement destinée à la grande restauration et aux épiceries fines. La Gariguette facilement reconnaissable à sa forme allongée et élégante. Gorgée de soleil, elle a une légère acidité très appréciée des connaisseurs qui sont à la recherche de saveurs insolites. La culture en pleine terre donne au fruit sa typicité liée au terroir : précocité, équilibre, sucre-acidité...
La production est soumise à un cahier des charges qui garantit l'utilisation de techniques agricoles respectueuses de l'environnement et la production d'un fruit de qualité. La "gariguette" arrive vers le 15 mars et se trouve sur les étals jusqu'à fin juin. 

LE PELARDON

Fromage de chèvre AOP

C'est l'un des plus vieux fromages de chèvre d'Europe. On retrouve sa trace depuis la nuit des temps comme en témoigne les récits des poètes et des conteurs. Il est fabriqué depuis des siècles en Languedoc, et plus particulièrement chez nous, dans les montagnes cévenoles. Fromage à pâte molle (qui devient plus cassante avec un affinage prolongé), fabriqué à partir de lait de chèvre cru et entier, le Pélardon est un palet recouvert d'une fine croûte. Dans la fabrication traditionnelle du pélardon, le lait ne subit pas de traitement thermique, le caillé frais est moulé à la louche (égouttage spontané) puis le fromage est salé à la main, démoulé et entreposé en cave. Quelques jours suffisent pour obtenir un pélardon "frais", d'un goût peu prononcé et légèrement acide. Frais, moelleux ou sec, il livrera toute l'authenticité de son terroir.
La période de consommation idéale s'étale de mai à septembre après un affinage de 3 semaines, mais aussi de mars à novembre. Il est caractérisé par une pâte assez compacte et un petit goût de noisette qui lui confère une personnalité reconnue.
Le pélardon est protégé depuis 2000 par une AOC (définissant notamment ses origines cévenoles et languedociennes), et depuis 2001 par une AOP, le label européen équivalent, depuis 2010 le seul reconnu avec un logo rouge et jaune (chaque AOC devient donc AO

LA POMME REINETTE

De son vrai nom Reinette blanche du Canada

Servie à la table des rois à Versailles, la reinette, avec sa chair ferme et parfumée bénéficie d'une grande renommée.
Un des emblèmes du pays cévenol, la pomme reinette du Vigan est un produit traditionnel qui a su conserver toute sa spécificité. De variété ancienne, la Reinette du Vigan est une pomme de calibre moyen, à la peau fine, légèrement grisée et tâchée de point vermillon. Son aspect rustique cache des trésors de saveurs et un fruité incomparable.
Délicieuse à manger "au couteau" avec sa chair ferme et croquante légèrement acidulée ; cette pomme se prête également admirablement à la cuisson qui révèlera toutes ses subtilités. Riche en goût, la Reinette du Vigan est aussi un fruit d'exception pour élaboration d'un délicieux jus de pomme dont la fabrication artisanale préserve toutes les qualités du fruit.

LE RIZ DE CAMARGUE

Le riz de Camargue bénéficie d'une indication géographique protégée

Le 23 août 1593, Henri IV sur les conseils de Sully, ordonne d'entreprendre la culture du riz en Camargue... mais l'histoire de la riziculture moderne débute véritable en 1864, avec l'endiguement du delta. L'essor véritablement économique de la culture ne fera qu'après les années 50, afin de remplacer la production en provenance des anciennes colonies françaises.

L'EAU GAZEUZE PERRIER

Eau minérale gazeuse française issue de la source des Bouillens

Tout le monde connaît cette eau gazeuse signe de fête, de sport et de convivialité. Son histoire est à l'image de ses bulles : inattendue et pleine de rebondissements...
Depuis l'époque romaine, la source des "Bouillens" est utilisée comme eau thermale. Au déclin de l'Empire romain, seuls les habitants profitent de ses bienfaits.
En 1793, les caractéristiques exceptionnelles de cette eau ressurgissent. Et le 23 juin 1863, un décret de Napoléon III accorde au maire de Vergèze son exploitation : bains (chauds et froids), douches, inhalations...
Porté par la mode du thermalisme durant le Second Empire, l’Établissement des Eaux Minérales de Vergèze est créé en 1898.
La rencontre en 1903 du docteur nîmois, Louis Perrier, spécialiste du thermalisme, et d'un jeune aristocrate anglais, Sir Saint-John Harmworth, marque le début de la saga Perrier. Entre son nom et la forme inédite de sa bouteille, la station thermale de Vergèze passe au stade de site de production d'eau minérale naturellement gazeuse.
Quand Sir Saint-John Harmworth rachète la société en 1906, il a l'élégance de donner à la source le nom de celui qui la lui a fait connaître. Puis, il exporte cette boisson vers les colonies de l'Empire britannique. A partir des années 50, sous l'impulsion de Gustave Leven, Perrier part à la conquête des 5 continents.
Le "Champagne des eaux de table" est alors célébré par les plus grands artistes et publicitaires de cette fin de XXème siècle. 


LE MIEL DES CEVENNES

Le Miel des Cévennes

Les miels produits dans les Cévennes sont des miels issus d'une flore qui pousse sur des sols arides, sous un climat de moyenne montagne avec des influences méditerranéennes.
D'un point de vue historique et culturel, le miel a toujours fait partie du quotidien des habitants des Cévennes.
Le Miel de Cévennes est devenu un produit emblématique des Cévennes qui mérite d'être reconnu et protégé pour assurer la pérennité de sa production et sa qualité.
En Cévennes, chaque foyer possédait en général un rucher, composé de ruches-troncs. La ruche-tronc est un tronc de châtaignier creusé et recouvert d'une lourde pierre plate appelée lauze. Ces ruches-troncs étaient appelées "brusc" en patois cévenol et "bourniou" en occitan. S'il existe toujours des ruches-troncs, celles-ci ont été peu à peu remplacées par des ruches à cadres, contribuant à la relance de l'apiculture, après un déclin lié à la déprise rurale des Cévennes. Les apiculteurs, regroupés au sein du Groupement Qualité des Miels du Languedoc-Roussillon, revendiquent une IGP pour le Miel des Cévennes.
Le Miel des Cévennes est un miel monofloral ou polyfloral issu de la flore typique des Cévennes, produit dans la zone sous IGP par l'apiculteur, extrait par l'apiculteur, conditionné (en pot ou seau) et mis à la vente par l'apiculteur ou par le conditionneur, dont la traçabilité ascendante et descendante est maîtrisée et présentant, à la vente au consommateur, une structure parfaitement homogène (liquide, cristallisée ou crémeux).

LA CHATAIGNE

La châtaigne fut longtemps la base de l'alimentation humaine dans des régions entières. On appelait, d'ailleurs, le châtaignier "l'arbre à pain" car les châtaignes servaient aussi à l'alimentation des porcs.

La bogue est l'enveloppe hérissée de piquants qui protège les fruits. Récoltée mi-octobre par des centaines de producteurs Cévenols, elle est mise en "clède" (séchoir à châtaigne) pour 4 semaines.
La châtaigne débarrassée de sa peau prend l'appellation de "Châtaignon" ; elle est alors triée manuellement puis moulue et ensachée. Riche en oligo-éléments, en protéines, en minéraux, notamment calcium et phosphore, mais aussi en potassium, fer et magnésium, en vitamines B1, B2 et PP.

LA FIGUE

Outre l'olivier, qui sert l'humanité depuis l'Antiquité, il y a très peu d'arbres aussi anciens et utiles que le figuier dont la présence a été enregistrée il y a plus de 8 000 ans et dont la superficie croissante s'étend des îles Canaries à l'Afghanistan .
Depuis plusieurs siècles, les habitants du village de Vézénobres ont récolté leurs figues en septembre, puis les séchent sur des racks placés sur les toits couverts des maisons, où les figues sont à l'abri du vent et des premiers frissons de la chute.
Dans le passé, le 28 novembre, lors de la foire traditionnelle de la Saint-André, des milliers de kilos de figues sèches ont été vendus. Le fruit était emballé dans des sacs en toile de jute, et les couches de figues étaient séparées par des feuilles de laurier. Cette ancienne fête des figues a été relancée en 1997.

En mai 2000, le Conservatoire botanique national, sur l'île de Porquerolles, a pris des spécimens d'une partie de sa collection de figues, et près de 800 arbres ont été plantés sur le côté sud de Vézénobres. Ces arbres sont maintenant des adultes et produisent différentes variétés de figues. Ici, le public peut en apprendre davantage sur la croissance des figuiers, de l'élagage, de la récolte et de l'utilisation de ces fruits.

LA FLEUR DE SEL DE CAMARGUE

L'exploitation du sel remonte au Moyen-Age. Région historique de production du sel, la Camargue bénéficie de conditions climatiques très favorables à l'évaporation rapide de l'eau de mer : l'ensoleillement y est quasi permanent et le Mistral aide le soleil à accomplir sa tâche.

De plus la végétation et la faune des grandes étendues de Camargue constituent un cadre naturel idéal pour assurer la meilleure qualité possible au sel. C'est ainsi plus de 5000 hectares d'anciennes lagunes près d'Aigues-Mortes qui ont été transformées en bassins endigués de faible profondeur (50 cm). L'eau de mer y est envoyée par pompage. Avec l'évaporation, la concentration de sel augmente dix fois. L'eau devient rouge sous l'effet d'une algue qui y prolifère. Cette algue est consommée par un petit crustacé (Artemia salina). La couleur rouge est alors transmise aux flamants qui s'en nourrissent. Après évaporation complète dans les bassins, les tables saumantes, le sel est ramassé et stocké en tas géants appelés camelles. Curieusement la récolte du sel dépend de la pluviosité et peut, à ce titre, être assimilée à une activité agricole.
En été, lorsque le vent cesse de souffler, La Fleur de Sel de Camargue se forme à la surface des cristallisoirs avec la complicité du soleil. Tout l'art du saunier est d'être patient pour recueillir avec dextérité, le moment venu, ce cadeau fugitif de la nature, car il suffit d'une légère brise pour faire disparaitre ces fines paillettes. Dame nature est ainsi faite que chaque cueillette est spécifique, c'est pourquoi le nom du saunier qui a recueilli la Fleur de Sel est mentionné sur chaque boîte.
Le sel "Saunier de Camargue" est un sel de mer naturellement blanc qui relève toutes les saveurs des aliments. Récolté au cœur d'une nature sauvage et préservée il apporte tous les bienfaits d'un produit authentique.

LA TRUFFE

Le Gard, l'un des principaux départements producteurs de truffes !

Le Gard fête son 4ème Site Remarquable du Goût et devient le premier Département en France par le nombre de SRG.

Après l’Oignon doux des Cévennes, l’Huile d’olive et Olive de Nîmes et le Taureau de Camargue, la Truffe noire du Pays d’Uzès et Pont du Gard obtient cette année en 2016 le prestigieux label national Site Remarquable du Goût. Le Gard devient ainsi le seul département en France à avoir 4 Sites Remarquables du Goût.
Chacun de ces 4 territoires met en valeur une unité paysagère typique du Gard dans laquelle des producteurs et professionnels du tourisme accueillent le public pour des découvertes gourmandes : marchés de terroir, activités de loisirs, restaurants, hébergements qualifiés, autant de prétextes pour partir à la rencontre de productions uniques, portées par des acteurs passionnés.

La saison de la truffe en Pays d’Uzès se déroule de décembre 2016 à mars 2017. De la mi-novembre au mois de mars, le Pays d’Uzès s’anime autour d’une production particulière et fort réputée : la truffe noire d’hiver, la célèbre « Tuber melanosporum », et d’un événement de renom autour de ce champignon : le 24e week-end de a truffe à Uzès du 13 au 15 janvier 2017. »
Régulièrement classé parmi les 5 premiers départements français producteurs, il peut fournir certaines années jusqu'à 15 % de la production nationale de Tuber Mélanosporum dite "Truffe du Périgord".