Découvrez notre région - l'Occitanie 
 Son Patrimoine - Sa Culture - Son Art

   Son dynamisme
    Son Authentisité
    Ses paysages grandioses
    Ses 13 départements

La Cote Vermeille

On ne se lasse jamais de (re)découvrir la Côte Vermeille, entre Perpignan et la frontière espagnole. Montagnes, vignobles, criques, villages adorables et bleu intense de la Méditerranée : la Côte Vermeille est un pays des merveilles. Irrésistible 


Une riche palette de couleurs


C’est un petit bout de France, à l’extrême sud des Pyrénées-Orientales, entre les plages d’Argelès et la frontière espagnole, où le soleil brille plus de 320 jours par an. Sur près d’une trentaine de kilomètres, la Côte Vermeille déploie ses merveilles naturelles, au fil d’une route départementale sinueuse.

La roche brûlée par le soleil dévale vers le bleu intense de la Méditerranée. Sur ses flancs, le vignoble donne les exquis vins de Banyuls, réputés dans le monde entier, et de Collioure. De vieux ports de pêche nichés au bord de l’eau, avec les Pyrénées en toile de fond, complètent le tableau.

Les caps offrent de splendides panoramas côtiers et l’arrière-pays invite à la randonnée. Et puis il y a cette lumière méditerranéenne unique, qui fait chanter les couleurs. Bleu du ciel et de la mer, vert des vignes, ocre des maisons, rouge des barques… Pas étonnant que le fauvisme soit né ici, sous le pinceau de Matisse ou de Derain, qui ont vécu à Collioure.

« Il n’y a pas en France de ciel plus bleu que celui de Collioure. Je n’ai qu’à fermer les volets de ma chambre et j’ai toutes les couleurs de la Méditerranée chez moi », disait Matisse. La Côte Vermeille a vraiment une âme d’artiste.


Collioure, perle de la côte

La Côte débute à 25 km au sud de Perpignan. Premier village sur la D 914, Collioure a été surnommé le « joyau de la Côte Vermeille ». Un titre qui n’est pas usurpé ! Avec le curieux clocher-phare de son église au bord de l’eau, son château royal, ses ruelles aux maisons colorées et les barques amarrées dans son port, Collioure possède un charme fou. On s’y promène avec bonheur, le long de sa petite plage de galets, jusqu’au bout de la jetée. Après une visite du château royal, vieux de 700 ans et dominant le port, on se rend à l’église Notre-Dame des-Anges (XVIIe s.), véritable emblème de la ville, dont le clocher n’est rien d’autre que l’ancien phare du port ! Juste à côté, le quartier du Mouré séduit avec ses maisons ocre et roses, ses balcons fleuris, ses ruelles pavées de galets. Un feu d’artifice de couleurs, qui a conquis Matisse et les fauves au début du XXe siècle. L’office du tourisme a d’ailleurs mis en place un chemin du fauvisme, avec une vingtaine de reproductions placées à l’endroit même où les peintres ont posé leur chevalet. Pour avoir une vue plongeante sur Collioure, grimpez au Fort Saint-Elme (30 min de marche). De là-haut, panorama époustouflant à 360° sur la ville et la mer !

Port-Vendres, Banyuls et Cerbère

En continuant vers la frontière, Port-Vendres a conservé son activité de port de pêche. Moins carte postale que Collioure, cette petite ville n’est pas dénuée de charme, avec sa belle église rose hispanisante sur le quai et ses ruelles tranquilles. À 3 km, le site de Paulilles, installé dans une ancienne dynamiterie, entretient la mémoire ouvrière de la région : à visiter, avant d’aller se prélasser sur la plage voisine.

Banyuls-sur-Mer, ville natale d’Aristide Maillol, dégage une sympathique ambiance balnéaire avec son port de plaisance et ses palmiers, son vieux quartier aux maisons colorées et ses activités familiales (aquarium et jardin méditerranéen).

L’attraction principale de la ville demeure son vin, le banyuls, que l’on peut déguster dans les caves locales (Terres des Templiers, Coopérative de l’Étoile…). Un vin doux naturel exquis, sombre et corsé, à savourer avec du foie gras, des fromages persillés ou des desserts. Enfin, ne manquez pas la métairie de Maillol, transformée en musée. L’artiste repose dans le jardin, sous l’un de ses chefs-d’œuvre, La Méditerranée.

En se rapprochant de la frontière espagnole, la route en lacets devient plus escarpée et les paysages spectaculaires. Halte obligatoire au cap Rédéris d’où l’on voit toute la côte, des Corbières à la Costa Brava. Ce panorama splendide résume la côte en un seul coup d’œil : les montagnes, dévalant vers la mer, surplombent un décor sauvage de vignes, de roches de schistes et de criques.

Dernière ville avant l’Espagne, Cerbère surprend par l’ampleur de sa gare, dont une partie a été dessinée par Gustave Eiffel. Pour les amateurs de plongée, signalons de superbes fonds sous-marins. On peut aussi faire une halte sur l’une des plages de galets. Ou bien admirer, depuis le phare solaire du cap Cerbère, la silhouette du cap Creus et les premiers paysages, totalement préservés, de la Costa Brava.