Découvrez notre région - l'Occitanie 
 Son Patrimoine - Sa Culture - Son Art

   Son dynamisme
    Son Authentisité
    Ses paysages grandioses
    Ses 13 départements

Durfort

Au pied de la Montagne Noire, le village de DURFORT spécialisé dans l'Industrie du cuivre depuis le 16ème siècle, développe aujourd'hui un ARTISANAT de Fer Forgé


La renommée de Durfort n’est plus à faire dans la région. Durfort, c’est LA cité du cuivre ! C’est en pleine reconversion économique que la cité s’oriente sur le travail de la dinanderie au XVe siècle. Les moulins foulons se voient dotés de lourds marteaux appelés martinets, entraînés par l’énergie hydraulique du Sor


Durfort a compté jusqu’à 18 martinets. Au martinet on fondait les chutes de cuivre. Là, le maître martineur et le martinet entraient en scène. Le chaudron sortait sous forme d’ébauche dont les finitions étaient réalisées en atelier par les dinandiers et chaudronniers. De là sortaient les confituriers, les daubières, les poissonnières…Durfort reste le seul village d’Occitanie à perdurer ce savoir-faire ancestral du travail du cuivre. M. Bonnefous est le dernier dinandier du village.


D’autres artisans ont afflué dans la vallée du Sor. Ainsi, ce sont les artisanats de la vannerie, du verre, de la maroquinerie, de la ferronnerie, du bois et du duvet qui se sont installés à Durfort. Du fusing de verre au tri du duvet grâce à une machine d’une autre époque, ce sont autant de techniques et de métiers que les artisans de Durfort vous feront découvrir dans leur boutique-atelier, toute l’année.

On trouve encore des RUELLES PITTORESQUES dans le vieux village. On y voit des rigoles d'eau vive couler entre les maison à colombages, comme au Moyen Age

LE VILLAGE et SES RUELLES PITTORESQUES

SON EGLISE

HISTOIRE et PATRIMOINE

Les archives communales sont cependant muettes sur le "castelnau", village fortifié, édifié au XIè siècle sur le flanc de la colline de Berniquaut. Roger 1er, vi­comte de Carcassonne et d'Albi le remet en fief à Pierre Guilhaume, seigneur de Roquefort en 1141. Sur l'éperon rocheux, le "Castlar", les traces du site sont encore visibles et les vestiges du château et du bourg ont fait l'objet de recherches archéologiques importantes. Silencieuses aussi les archives sur la période des guerres de Religion et on sait seulement que le château de Durfort sera détruit comme celui de Massaguel vers 1568.


La seigneurie de Durfort


Les vestiges d'une tour du château de Roquefort, dans un paysage escarpé et rocheux semblent attendre depuis des siècles le signal convenu...


Maison d'ancienne chevalerie, originaire soit du Quercy, soit du Languedoc, le nom du seigneur de Durfort apparaît au XIVè siècle  Bernard-Raymond de Durfort est envoyé avec Guilhaume de Villespassans, chevalier, afin de visiter les cités et châteaux de la viguerie d'Albi et du Castrais. Il s'agissait alors de les mettre en état de défense contre les Anglais, qui sous le règne de Jean le Bon dévastaient le Midi de la France. La seigneurie a souvent changé de propriétaire. Vendue par le dernier descendant de Roquefort, seigneur de Figairolles à noble apportée en dot par Claire, sa fille, à noble Guilhaume de Viguier au cours du XVIIè siècle. A cette époque, les seigneurs de Durfort avaient l'entière justice et ils prélevaient sur chaque habitant l'albergue pour le four banal et des droits d'usage pour le bois de Combe-Nègre. En 1717, au début du règne de Louis XV, messire Thomas Hyacinthe de Béran­ville, seigneur de Villaudré, lieutenant-colonel de cavalerie, gouverneur de Ligny, demeure à Soréze depuis son mariage avec dame Jaquette d'Audibert. Enfin, Jean-François de Béranville vend la seigneurie de Durfort à Marc Antoine Bernard Lacombe, de Revel, à la fin du XVIIIe siècle.


La suite de l'histoire ... sur le lien en référence ci-dessous 

DURFORT ET SON CASTLAR


Quelques rocs blanchâtres émergeant de la végétation, à mi-pente du versant ensoleillé de la basse vallée du Sor, trahissent à peine l'existence des ruines d'un ancien village, déserté depuis plus de six cents ans. Aujourd'hui désigné par Castlar, c'est l'ancien Durfort, plus tard installé sur les rives plus accueillantes de la rivière. 

Ce que laissent entrevoir les vestiges, mis au jour par de nombreuses années d'investigations archéologiques, est un inextricable réseau de murs accrochés aux versants abrupts ou étagés sur quelques terrasses. Un regard plus attentif y découvre un ensemble de maisons desservies par des rues et agglomérées au pied d'un château. 

Le milieu escarpé, très contraignant, se révèle aussi, au d'immenses efforts, un formidable atout. Quand le substrat, calcaire ou schiste, le permet, l'homme médiéval le débite, en extrait la pierre de construction et ménage dans le même temps les emplacements de ses futurs bâtiments. Quand le rocher ne s'y prête pas, il construit des murs de soutènement, retenant de volumineux remblais qui créent des places à bâtir. 

Au perchement de son habitat, il ajoute un fossé l'isolant du reste du versant et retouche les pentes les plus abruptes en véritables petites falaises. Ainsi constitué, le village épouse la forme d'amande allongée de l'éperon. Le piton le plus haut sert d'assise au château, résumé à une tour pentagonale et des bâtiments annexes enserrés dans une enceinte.

La suite vers le lien ci-dessous ...

LES SALAISONS DE DURFORT

A Durfort, on trouve aussi les Salaisons de la Montagne Noire. Cet établissement produit du jambon sec, de la saucisse sèche, du saucisson et autres conserves. Ne manquez pas de vous arrêter à la boutique pour acheter de bons produits.