Découvrez notre région - l'Occitanie 
 Son Patrimoine - Sa Culture - Son Art

   Son dynamisme
    Son Authentisité
    Ses paysages grandioses
    Ses 13 départements

Les Bastides du Gers

Les Bastides sont tout aussi présentes dans l'ensemble du Sud Ouest de la France, où on en a dénombré environ 350. Entre la Dordogne et les Pyrénées, les Landes et l'Aveyron, elles constituent l'armature urbaine principale d'un territoire de 50 000 km². Avec une quarantaine de fondations, tant réussies qu'avortées, le Gers se situe dans le peloton de tête de ce mouvement, à peu près au même rang que les départements voisins. ; on en dénombre par exemple 39 dans les Landes.


Le fait le plus remarquable est que ce mouvement de création de villes et de villages qui a si profondément et durablement marqué nos régions, s'est déroulé tout entier en moins d'un siècle (1255 - 1323). On peut légitimement s'interroger sur les raisons d'une telle floraison.


Il faut en quelques mots rappeler ce qu'était la conjoncture économique et politique de l'époque. Au plan économique, l'ensemble de l'Europe bénéficie depuis environ l'an Mil, d'une exceptionnelle croissance de population agricole et du commerce. Mais tandis qu'à partir du milieu du XIIIème siècle se multiplient un peu partout les signes de l'essoufflement, cet essor se poursuit en Aquitaine jusque dans les première décennies du XIVème siècle. Par ailleurs les pays Gascons ont hérité de l'Antiquité et du Moyen Age un quadrillage urbain lâche et incomplet. L'épanouissement de l'économie d'échanges suscite le besoin d'un réseau serré de "places centrales".


Au plan politique, le début du XIIIème siècle voit les pays Occitans cruellement touchés par le drame de la croisade Albigeoise (contre les Cathares). La Gascogne Gersoise est certes restée en marge des grands affrontements militaires, mais son destin a été affecté de façon décisive par le nouvel ordre politique qui s'est mis en place après l'effondrement de la puissance Toulousaine. En effet, le traité de 1229, qui conclut la croisade, fait des Capétiens, jusque là pratiquement absents de notre région, les héritiers des Comtes de Toulouse. Or, la partie Occidentale de la Gascogne est sous la domination rivale des Rois d'Angleterre qui sont aussi, depuis 1154, ducs d'Aquitaine. Notre pays, surtout dans sa frange septentrionale, l'Agenais, devient dès lors une zone de friction entre les deux monarchies.


Pris en étau entre le Capétien et le Plantagenêt, les Comtes et les Vicomtes d'Armagac-Fezensac, Astarac, Pardiac, Lomagne, essaient de se renforcer pour conserver vaille leur indépendance. Dans tous les cas de figure, les Bastides ont constitué des points d'appui privilégiés. Ainsi donc, tandis que les Castelnaux furent essentiellement le fait de l'aristocratie locale, les Bastides furent l'affaire des Princes et des Rois de France et de l'Angleterre.