Découvrez notre région - l'Occitanie 
 Son Patrimoine - Sa Culture - Son Art

   Son dynamisme
    Son Authentisité
    Ses paysages grandioses
    Ses 13 départements

Les Grottes du Tarn et Garonne

La Grotte de Bruniquel - un site Archéologique exceptionnel

Crédit Photos SSAC

Société SPELEO-ARCHEOLOGIQUE de Caussade

Vidéo du CNRS expliquant la découverte faite dans la grotte de Bruniquel par une équipe dirigée par Jacques Jaubert, Professeur l'Université de Bordeaux. Publication scientifique :

La grotte de Bruniquel, qui surplombe la vallée de l’Aveyron, a été découverte en février 1990. Grâce à l’équipe de spéléologues en charge de sa gestion, le site est impeccablement conservé avec de nombreuses formations naturelles (lac souterrain, calcite flottante, draperies translucides, concrétions en tous genres), des sols intacts recelant de nombreux ossements et des dizaines de bauges d’ours(2) avec d’impressionnantes griffades. Mais la grotte conserve surtout des structures originales composées d’environ 400 stalagmites, ou tronçons de stalagmites, accumulées et agencées en des formes plus ou moins circulaires. Elles sont associées à des témoins d’utilisation du feu : de la calcite rougie, noircie par la suie et éclatée par l’action de la chaleur, mais aussi des vestiges brûlés, notamment des os calcinés. Dès 1995, une première équipe de chercheurs et de spéléologues(3) avait déterminé, à partir de la datation au carbone 14, un âge minimum d’au moins 47 600 ans (la limite de la technique) d’un os brûlé sans qu’une suite soit donnée à ces premiers travaux.

Communiqué de presse du Mercredi, 25 mai 2016

Dans la grotte de Bruniquel, à 336 mètres de l'entrée, des structures aménagées viennent d'être datées d'environ 176 500 ans. Cette découverte recule considérablement la date de fréquentation des grottes par l'Homme, la plus ancienne preuve formelle datant jusqu'ici de 38 000 ans (Chauvet). Elle place ainsi les constructions de Bruniquel parmi les premières de l'histoire de l'Humanité. Par ailleurs, des traces de feu à proximité révèlent aussi que, bien avant Homo Sapiens, les premiers Néandertaliens savaient utiliser le feu de manière à circuler dans un espace contraint, loin de la lumière du jour. Ces travaux, publiés le 25 mai 2016 dans Nature, ont été menés par une équipe internationale impliquant notamment Jacques JAUBERT de l'Université de Bordeaux, Sophie VERHEYDEN de l'Institut Royal des Sciences Naturelles de Belgique (IRSNB) et Dominique GENTY du CNRS, avec le soutien logistique de la Société SPELEO-ARCHEOLOGIQUE de Caussade, présidée par Michel SOULIER. Ils ont été soutenus par le Ministère de la Culture et de la Communication.

Des structures de stalagmites étonnantes pour un nouveau concept : des ‘spéléofacts »

Restitution 3D des structures de la grotte de Bruniquel. © Xavier MUTH – Get in Situ, Archéotransfert, Archéovision –

SHS-3D, base photographique Pascal Mora

Crédit Photos SSAC

Le club

D’abord section du groupe spéléo de la Société des sciences naturelles de Montauban, c’est en 1969 que le groupe de Caussade prend son autonomie en devenant la « société spéléo-archéologique de Caussade ».

Aujourd’hui, la SSAC est devenue l’un des clubs spéléo les plus importants et les plus dynamiques de Midi-Pyrénées

La découverte scientifique de la Grotte de BRUNIQUEL a fait partie des 10 lauréats à travers le monde des SAF Field Discovery Award qui ont eu lieu à Shanghai du 8 au 12 décembre 2017