Découvrez notre région - l'Occitanie 
 Son Patrimoine - Sa Culture - Son Art

   Son dynamisme
    Son Authentisité
    Ses paysages grandioses
    Ses 13 départements

Aurignac

A 21 km au nord de Saint-Gaudens, 1200 âmes vivent sur l'éperon d'Aurignac.

Aurignac est marqué par toutes les époques de l'histoire mais c'est l'architecture médiévale qui domine dans cet ensemble de trois enceintes fortifiées autour du château comtal. Dans la partie haute de la ville, resserrée et protégée par des remparts, ce quartier du château distille une ambiance unique, avec ses monuments classés, ses tours, ses portes fortifiées, ses maisons à colombages ou ses anciens hôtels particuliers qui datent du temps où la noblesse dominait le terroir. Tout est à découvrir au détour des ruelles qui montent vers le château comtal, jadis place forte du Comte du Comminges.Tout aussi remarquable, l'église Saint Pierre aux liens se distingue par tous les styles de construction : roman XIIIe, XVIe, et renaissance. Donjon et église sont inscrits aux monuments historiques.

Lancé par la Dépêche du Midi, l'opération "mon beau village de la Haute Garonne" a sélectionné 12 perles du département. 

Façade de l’église St Pierre

Donjon ville haute

L'allée de la Merci, à Aurignac, se termine par cette porte qui s'ouvre sur le panorama des petites

Chapelle Saint-Roch (après le donjon en redescendant)

Crédit photos Images Google EDIFICE

Ruelles médiévales dans la vielle ville

un peu d'histoire sur AURIGNAC

Les fouilles archéologiques menées par Édouard Lartet dans la grotte d'Aurignac ont conduit à la définition d'une culture préhistorique mondialement connue, l'Aurignacien. Cette culture dure d'environ 37 000 ans à 28 000 ans BP et correspond aux débuts du Paléolithique supérieur en Europe, marqués par l'arrivée d'Homo sapiens.


Des vestiges gallo-romains sont également recensés, traces d'une colonisations à partir du ier siècle av. J.-C. L'occupation du sol reprend un schéma classique dans la vallée de la Louge, avec l'installation d'une villa, domaine assez étendu, qui se poursuit à 1 kilomètre environ par un petit établissement rural.


Au Moyen Âge cohabitent un domaine bénédictin antérieur au xie siècle et une seigneurie, appartenant à la famille d'Aurignac. En 1234, le comte de Comminges Bernard V reçoit le territoire de sa mère.


Un château est édifié en 1240, tandis qu'un capitaine chatelain est nommé en 1243, sans doute pour s'opposer aux bandes armées qui ravagent la région. Plusieurs chevaliers possèdent des fiefs, dont les Montpezat et Roger d'Espagne Montespan. Les comtes assurent la prospérité du lieu et la châtellenie prend de l'importance.


En 1336, quarante- quatre communes sont sous sa juridiction.


Le comté est finalement donné au roi de France par Marguerite de Comminges, en 1432, puis définitivement supprimé en 1510.

Pendant les guerres de religion, Toulouse et le Comminges restent Catholiques. Aurignac devient alors un centre militaire majeur, doté dès 1574 du premier bureau de poste régulièrement desservi par chevaux et voitures.


L'administration est désormais exercée par des juges royaux achetant leurs charges, tandis que les finances réorganisées au xviie siècle dépendent des aides, généralités intendances. L'activité commerciale, qui a pris de l'ampleur dès le xve siècle, est rythmée par plusieurs marchés hebdomadaire et des foires.


2 500 habitants sont recensés en 1699, et la construction d'une troisième enceinte s'avère nécessaire. Industrie la plus ancienne, la tannerie continue de se développer ainsi que la poterie, localisée dans le quartier des Oulés. Pendant la Révolution, la municipalité se montre très modérée. Le curé Dabeaux et le prieur Jean-Louis Desentis prennent par contre le titre de citoyens, et en 1793, les titres féodaux et les livres terriers sont brûlés. Au xixe siècle, plusieurs commerçants et artisans assurent la prospérité économique de la commune. Arrivés pendant la Seconde Guerre mondiale, des réfugiés belges et alsaciens choisissent de s'installer définitivement. La découverte et l'exploitation de gaz naturel à Saint-Marcet, l'ouverture d'une usine de dégazolinage à Boussens entraînent également un afflux de population et de technologies qui profitent à Aurignac. L'activité est source de revenus pour les locaux notamment les agriculteurs.